Energies Marines
Hydrofan : La Bretagne planche sur les pales d’hydroliennes

Actualité

Hydrofan : La Bretagne planche sur les pales d’hydroliennes

Energies Marines

Créé au mois de janvier après deux ans de réflexion entre ses partenaires, le consortium Hydrofan, regroupant DCNS, Coriolis Compsites et l’Université de Bretage Sud, lance un programme de R&D visant à développer des pales d’hydroliennes en matériau composite. L’objectif de ce projet, d’une durée de trois ans et labellisé par le Pôle Mer Bretagne Atlantique, est non seulement de concevoir des pales très performantes, mais aussi de réfléchir d’entrée de jeu aux processus d’industrialisation en vue d’aboutir à une production en série à des coûts compétitifs. Du côté de DCNS, c’est le site de Lorient qui est en première ligne. L’établissement dispose en effet d’un atelier spécialisé dans les composite, qui a déjà acquis un savoir-faire dans les pales d’hydroliennes en réalisant celles des démonstrateurs du parc de Paimpol-Bréhat. «Le lancement du projet Hydrofan est une étape importante qui doit permettre de favoriser le développement de la filière hydrolienne et de préparer les usines de demain. Les équipes de DCNS Lorient comptent parmi les meilleurs experts de la conception et fabrication en composites et nous pouvons compter sur le soutien de la Région Bretagne et de tous les acteurs académiques et industriels lorientais pour réussir cette nouvelle aventure industrielle », explique Christophe Chabert, directeur hydrolien France chez DCNS/OpenHydro, qui compte développer dans les prochaines années un outil industriel dédié à ces énergies marines et comprenant notamment une usine d’assemblage à Cherbourg.   

 

Délégation de la région accueillie hier sur le site de Coriolis à Quéven (© : DR)

Délégation de la région accueillie hier sur le site de Coriolis à Quéven (© : DR) 

 

Côté financement, les collectivités locales bretonnes (région, département, agglomération de Lorient) vont soutenir le projet à hauteur de 830.000 euros, le budget global d'Hydrofan étant de 1.879 million d'euros. Pour le Conseil régional, le développement des EMR est en effet stratégique, non seulement sur le plan de l’industrie et des emplois, mais aussi pour répondre aux besoins énergétiques du territoire : « Hydrofan s'inscrit pleinement dans notre politique de soutien aux énergies marines renouvelables. Nous sommes particulièrement attentifs au développement de l'hydrolien parce qu'il offre aussi des solutions alternatives à la dépendance énergétique des îles », souligne Loïg Chesnais-Girard, vice président de la Région Bretagne, qui doit acter ce jeudi un financement de 550.000 euros pour Hydrofan. 

Energies Marines Renouvelables