Construction Navale
Hydrogène : Hyundai passe un accord avec Aramco  

Actualité

Hydrogène : Hyundai passe un accord avec Aramco  

Construction Navale

Importer du gaz de pétrole liquéfié (GPL) saoudien en Corée du sud pour y faire de l’hydrogène et renvoyer le CO2 capturé lors de l’opération. C’est l’idée des deux géants Hyundai Heavy Industries Holdings Co. (HHIH) et Aramaco. Le groupe coréen a annoncé mercredi qu’il avait signé un accord pour un important projet autour de l’hydrogène.

Pour parvenir à ses fins, Hyundai développera dans ses chantiers KSOE les premiers navires capables d’importer du GPL et d’exporter en retour le CO2. Le dioxyde de carbone réfrigéré, transporté sous forme de liquide, sera ensuite utilisé dans des installations d’Aramco. La compagnie pétrolière saoudienne se sert déjà de dioxyde de carbone pour pomper plus de brut du sol dans des champs presque épuisés.

L’hydrogène produit par Hyundai Oilbank en Corée du Sud à partir du GPL d’Aramco doit servir pour des centrales thermiques, des installation de désulfuration et comme carburant pour des véhicules. Ce dernier sera commercialisé dans 300 stations à hydrogène à implanter dans le pays d’ici 2040.

HHIH et Aramco vont aussi collaborer autour de l’ammoniac. Hyundai Oilbank doit recevoir de l’ammoniac bleu (produit en convertissant des hydrocarbures en hydrogène et en capturant le dioxyde de carbone émis lors de l’opération). Comme l’hydrogène, l’ammoniac,ne produit pas de CO2 lors de la combustion. Hyundai Heavy travaillera aussi sur des navires alimentés à l’ammoniac ou en mesure d’en transporter.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.