Croisières et Voyages

Actualité

Incertitudes autour de l’avenir du Queen Elizabeth 2

Croisières et Voyages

Cinq mois après le dévoilement du projet de conversion de l’ancien fleuron de la compagnie britannique Cunard, sa transformation en hôtel flottant à Dubaï ne semble plus assurée. En décembre, l’équipe de V.Ships présente à bord du Queen Elizabeth 2 pour assurer son entretien a, semble-t-il, été remplacée par des Chinois. La rumeur d’un possible départ pour un chantier de démolition s’est immédiatement répandue. Bien qu’elle ne soit plus propriétaire du paquebot, vendu en 2008 pour 100 millions de dollars, Cunard a régi en assurant que le QE2 ne serait pas ferraillé. Mais il parait de plus en plus évident que l’avenir du paquebot à Dubaï est compromis, la crise économique ayant mis à un coup d’arrêt brutal aux grands projets de cet émirat du Golfe qui, contrairement à son voisin Abu Dhabi, ne tire pas l’essentiel de ses ressources du pétrole mais des services et de l'immobilier. D’autres pistes sont aujourd’hui évoquées afin de reprendre et conserver le Queen Elizabeth 2 en tant qu’hôtel flottant. On parle, notamment, de projets d’installation à Hong Kong ou Londres. Reste que de nombreux observateurs demeurent dubitatifs et estiment que le célèbre liner pourrait, bel et bien, terminer à la ferraille.

Long de 293.5 mètres pour une largeur de 32 mètres, le QE2 a été lancé en 1967 en Grande-Bretagne et mis en service deux ans plus tard. Ce paquebot de 70.300 GT et 963 cabines, qui a assuré durant de longues années le service transatlantique, a fait escale 710 fois à New York et a transporté, sur l'ensemble de sa carrière, pas moins de 2.5 millions de passagers.

Cunard