Défense
Inquiétudes à Saint-Nazaire autour des BPC russes

Actualité

Inquiétudes à Saint-Nazaire autour des BPC russes

Défense

La déclaration de Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, sur l’antenne de TF1 dans la soirée du lundi 17 mars, a provoqué une vive inquiétude à Saint-Nazaire. Le ministre, interrogé sur la position française dans l’actuelle crise ukrainienne, a, pour la première fois,  évoqué le sort des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC), Vladivostok et Sebastopol, actuellement en construction aux chantiers STX de Saint-Nazaire pour la marine russe.  Le ministre a précisé que « si Poutine continue ce qu'il fait, nous pouvons envisager d'annuler ces ventes, mais nous demanderons à d'autres, je pense notamment aux Britanniques, de faire l'équivalent avec les avoirs russes des oligarques à Londres. Les sanctions doivent toucher tout le monde (…). Ça fait partie du troisième niveau des sanctions. Pour l'instant nous sommes au deuxième niveau ». Il a par ailleurs immédiatement précisé que cette décision serait « négative pour les Français ».

 

Suspension  et non annulation

 

Cette position, inédite, a cependant été rapidement nuancée par le ministre lui-même. Et ce sans doute en raison du mouvement d’inquiétude soulevé à Saint-Nazaire, notamment par les syndicats ou les collectivités locales. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach dans la matinale d’Europe 1 hier matin, Laurent Fabius a donc évoqué « une suspension des contrats ». « Les choses sont compliquées, d’un côté nous ne pouvons envisager de livrer en permanence des armements compte tenu de ce comportement (de l’armée russe NDLR), de l’autre il y a la réalité de l’emploi et de l’économie », a rappelé le ministre. « Pour l’instant, ce n’est pas dans les clous, puisque c’est le niveau 3 des sanctions et nous n’y sommes pas ». « Nous voulons tout faire pour que ce ne soit pas nécessaire », a t-il conclu.

Ni le Quai d’Orsay, ni STX France ne font davantage de commentaires.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) Marine russe