Vie Portuaire
Inquiétudes sur l’avenir de la raffinerie de Donges

Actualité

Inquiétudes sur l’avenir de la raffinerie de Donges

Vie Portuaire

La crise du raffinage se poursuit en Europe, victime d’une surcapacité dans ce secteur d’activité. Malgré la fermeture de quatre raffineries dans l’Hexagone depuis 2009 (il en reste huit), la situation ne s’améliore pas et les opérateurs peaufinent des plans d’action. Total, qui exploite les raffineries de Donges (Loire-Atlantique), Feyzin (Rhône), La Mède (Bouches-du-Rhône), ainsi que Grandpuits et Gonfreville-l'Orcher en Seine-Maritime, représentant près de 4000 emplois, prépare ainsi une nouvelle restructuration de son outil de raffinage tricolore. En février, le groupe français n’avait pas caché que La Mède et Donges étaient en difficulté. « En France, deux de nos raffineries sur cinq perdent de l'argent, dont l'une lourdement. Nous réfléchissons à la transformation des activités pour avoir des sites durables », avait indiqué Patrick Pouyanné. Le directeur général de

Port de Nantes Saint-Nazaire