Divers
Interview : Jean-Bernard Raoust, président de Barry Rogliano Salles

Interview

Interview : Jean-Bernard Raoust, président de Barry Rogliano Salles

Divers

Le courtier maritime Barry Rogliano Salles vient de publier son rapport annuel, document très riche qui fait un état des lieux précis du transport maritime et de la construction navale (*). Après des années d'euphorie qui ont vu une croissance sans précédent de ces secteurs, le réveil fut, avec la crise, très brutal. Fondée à Marseille en 1886, BRS, l'une des toutes premières sociétés de courtage mondiales, était aux premières loges pour constater les dégâts. Son président, Jean-Bernard Raoust, a accepté de répondre à nos questions sur les raisons et les conséquences de la crise dans le secteur maritime et naval. Cet entretien est également l'occasion de faire le point sur la situation actuelle et sur les évolutions prévisibles.
_____________________________________________

MER ET MARINE : Vous venez de publier votre rapport annuel, qui décrit en détail une situation très difficile pour le shipping suite à la crise qui a éclaté en 2008. Peut-on parler, pour 2009, d'année noire dans le transport maritime?

JEAN-BERNARD RAOUST : Totalement. Nous avons vécu une année pour laquelle nous n'avions pas d'exemple dans le passé. On est habitué aux cycles dans le shipping, où l'on sait ce que sont les bonnes et mauvaises années. Le problème du début de l'année 2009, c'est qu'on a tous perdu nos repères. Il n'y avait plus de banquiers et plus d'affréteurs ; des armateurs qui se demandaient vraiment ce qu'ils allaient faire de leurs bateaux et ne pensaient qu'à une chose : se dédire de leurs engagements contractuels... Heureusement, grâce au développement de la Chine, grâce à la sagesse des uns et des autres, et puis à une reprise des marchés, à partir du début du second trimestre, nous avons retrouvé petit à petit nos repères. Au final, on se retrouve dans une année en bas de cycle mais avec une activité. Or, ce qu'on veut dans le maritime, c'est avoir une activité, avec notamment des affréteurs et de la marchandise à transporter. Bref, être en capacité de faire son métier d'armateur, de chargeur, de courtier ou d'assureur.

Interviews