Marine Marchande
IPEV: ravitailler le grand sud sans apporter le coronavirus
ABONNÉS

Actualité

IPEV: ravitailler le grand sud sans apporter le coronavirus

Marine Marchande

Cent cinquante personnes doivent rejoindre (et quitter) les bases polaires du grand sud, dès la semaine prochaine. Assuré chaque année par l’Institut polaire français basé à Plouzané, près de Brest, le défi se complique sur le dernier continent encore épargné par le coronavirus...

Pas le droit à l’erreur pour les logisticiens et les directeurs d’opérations de l’Institut polaire français, basé à Plouzané, tout près de Brest. Ils ont diminué le nombre de chercheurs en partance pour le grand sud. Mais ils ont bien maintenu les rotations et plus de la moitié des missions scientifiques. L’autre priorité consiste à récupérer les hivernants en passe de boucler une petite année sur place.

Avion spécial

Rien n’a été simple à organiser dans le contexte actuel. Il a fallu commencer par s’accorder sur un processus sanitaire international et s’adapter aux mesures des pays-transits pour continuer à acheminer vivres, personnels et matériels afin de poursuivre les programmes scientifiques.

Face à la chute du trafic aérien, il a

Arctique et Antarctique | Actualité maritime des zones polaires