Energies Marines
 Irish Ferries : en 2020, le fret n’a pas compensé les pertes de passagers

Actualité

Irish Ferries : en 2020, le fret n’a pas compensé les pertes de passagers

Energies Marines

Irish Continental Group a publié ses résultats financiers pour 2020. Le fret ferry a progressé mais pas les activités d'Eucon et des terminaux. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

Regroupant Irish Ferries, l’armement Eucon et la gestion des terminaux à conteneurs de Dublin et Belfast, Irish Continental Group (ICG) a souffert des conséquences de la pandémie. Le chiffre d’affaires du groupe s’établit à 277,1 M€, en baisse de 22,5%. L’Ebitda perd pour sa part 51,5% à 42,1 M€.

Hausse du trafic fret

Irish Ferries a vu son chiffre d’affaires se réduire de 33,4% à 141,4 M€. L’Ebitda perd pour sa part 66,8% de son volume pour se retrouver à 22,3 M€. Des résultats qui sont aggravés par la vente en 2019 du navire Oscar Wilde. Les volumes traités par l’armement ont baissé sur les passagers et les voitures de tourisme. A contrario, le trafic fret a progressé de 7,1% à 335 500 unités transportées. Une progression quand le marché a enregistré une baisse de 1,2% à 1,03 million de camions et remorques.

Un second semestre en hausse

Dans son rapport annuel, Irish Continental Group note que le marché entre l’Irlande, le Royaume-Uni et la France a faiblement baissé lors du premier trimestre en raison de la pandémie. « Des baisses compensées pendant la seconde partie de l’année quand les économies irlandaises et anglaises ont été de nouveau ouvertes », indique le rapport annuel. Ainsi, sur le premier semestre, Irish Ferries a vu son trafic fret perdre 2,7%. Sur le deuxième trimestre, le trafic a augmenté de 16,6%.

Baisse de trafic sur le marché des particuliers

Le marché des passagers a pour sa part connu une baisse de volume. Le nombre de voitures recule de 65,8% à 137 100 véhicules enregistrés. Les passagers perdent les deux tiers de leur volume comparativement à 2019 (66,9%) à 519 000 personnes. Des diminutions qui sont intimement liées à la pandémie. Elle a mis un terme aux déplacements entre l’Irlande et les autres pays de l’Union européenne. Une baisse qui intervient dans un marché déprimé. En effet, selon Irish Continental Group, le marché des particuliers, regroupant les voitures et les passages piétons, ont perdu 62,5% à 1,1 million de voitures.

Conteneurs: diminution de 5,1% du chiffre d’affaires

L’activité conteneurs, regroupant l’armement Eucon et les terminaux à conteneurs de Dublin et Belfast, a vu son chiffre d’affaires se réduire de 5,1% à 146,5 M€. Pour ICG, la flexibilité dans l’affrètement des navires utilisés par Eucon a permis d’ajuster ses lignes pour réduire les coûts.

Eucon: 316 000 EVP transportés en 2020

Eucon et les deux terminaux irlandais d'Irish Continental Group affichent des baisses. 

Eucon a transporté 316 000 EVP en 2020, soit un volume en recul de 7,9% comparativement à 2019. Une diminution de volume qui a été partiellement compensée par la baisse des coûts du carburant. Les soutes ont coûté 5,6 M€ de moins en 2020. Quant aux terminaux, le Dublin Ferryport Terminal et le Belfast Container Terminal affichent, ensemble, une diminution de 8,9% des manutentions à 292 400 mouvements. Le terminal de Dublin perd 7,1% quand celui de Belfast affiche une diminution de 11,4%.

2021: l’impact de la Covid-19 continue

Après ces résultats en retrait, Irish Continental Group a démarré l’année en subissant toujours les effets de la pandémie. À cet élément est venu s’ajouter le Brexit et les nouvelles conditions de commerce avec le Royaume-Uni. La Covid-19 continue d’impacter le marché des passagers et des voitures particulières.

Baisse du trafic fret

« Sur les deux premiers mois de l’année nous avons vu une baisse du trafic fret en raison du sur-stockage réalisé par les opérateurs britanniques », indique le groupe dans son rapport annuel. En février, ICG a vu son trafic baisser de 26%. « Un mois meilleur que janvier qui a totalisé une diminution de 37% », précise-il.

Le retour attendu du Landbridge

Le chiffre d’affaires du marché roulier a baissé de 8,1% sur les deux premiers mois. Une partie du trafic fret habitué à emprunter la route Dublin-Holyhead s’est reportée sur les liaisons maritimes entre Cherbourg et Dublin. Dans son analyse pour les prochains mois, ICG estime que « les importateurs, exportateurs et agences gouvernementales deviennent plus habitués aux nouvelles mesures entrées en vigueur depuis le Brexit. Les routes directes avec le continent risquent de perdre du trafic. La route du Landbridge par le territoire britannique devrait retrouver ses volumes car elle est plus économique, offre une plus grande fréquence, un temps de transport réduit et une plus grande fiabilité ».

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Divers marine marchande