Défense
iXblue : Deux bateaux pour la sécurisation du

Actualité

iXblue : Deux bateaux pour la sécurisation du "zonex" du Levant

Défense

La Direction Générale de l’Armement a étendu le recours à des opérateurs privés pour les missions de sécurisation des zones maritimes lors des essais de missiles depuis ses centres des Landes et de la Méditerranée.  Alors que le site de Biscarosse a complètement externalisé cette fonction suite à la fermeture de la base navale de l’Adour, en 2015, celui de l’île du Levant, au large de Toulon, a opté pour une solution mixte.

En plus de ses moyens nautiques propres, un recours régulier à des bateaux extérieurs a été acté en juin 2017 au travers d’un contrat pluriannuel signé avec la société française iXblue. Celle-ci met désormais à disposition deux bateaux lors des campagnes d’essais. Il s’agit pour le moment de l’IXL, vedette de 11.95 mètres de long pour 3.7 mètres de large équipée de deux moteurs de 330 cv pour une vitesse de croisière de 30 nœuds. Du type iXPatrol 40, elle a été réalisée par le chantier du groupe à La Ciotat.

Le second navire est le GGIX, un catamaran de 14.7 mètres de long pour 5 mètres de large pouvant atteindre la vitesse de 26 nœuds.

 

Le GGIX (© : IXBLUE)

Le GGIX (© : IXBLUE)

 

Ces deux bateaux permettent de compléter le dispositif de sécurisation des zones d’essais maritimes lorsque le centre DGA Essais de Missiles du Levant procède à des tirs. Lors de ces campagnes, une « bulle » plus ou moins importante, en fonction des tests réalisés et des armes engagées, est mise en place autour du site, à la fois dans les airs et en mer. Pour d’évidentes raisons de sécurité, il s’agit d’éviter l’entrée dans cette zone d’aéronefs ou bateaux, notamment de plaisance, afin d’éviter tout accident. Selon la taille de la zone à « blanchir », comme on dit dans le jargon militaire, un dispositif nautique adapté est mis en place, avec d’abord les moyens de la DGA, dont le Nahaura, catamaran de 20 mètres dronisable livré en 2016 par le chantier iXblue de La Ciotat. S’y ajoutent donc les moyens mis à disposition par ce groupe au travers du contrat signé en juin dernier et, si besoin, d’autres unités, fournies par exemple par la Marine nationale.

 

Le Nahaura (© : IXBLUE)

Le Nahaura (© : IXBLUE)

iXblue | Actualité de l'équipementier naval et sous-marin