Energies Marines

Focus

iXblue : Le navire hydrographique FeliX enchaine les missions pour les EMR

Energies Marines

Depuis sa mise en service en juin 2016, FeliX, navire spécialement conçu, construit, équipé et opéré par le groupe iXblue pour des missions hydrographiques, océanographiques et biologiques, a réalisé de nombreuses missions, en particulier dans le domaine des énergies marines renouvelables.

Outil présenté comme unique sur le marché hexagonal, ce catamaran en composite a été réalisé par le chantier d’iXblue à La Ciotat (ex-H2X) au profit d’iXSurvey. On notera que ces deux sociétés sont devenues des divisions du groupe, la seconde prenant le nom de Sea Operations. iXblue, dont le cœur de métier historique réside dans les outils de navigation inertielle, a en effet évolué pour adopter une organisation plus verticale. Objectif : mieux intégrer les différentes compétences et spécialités annexes et complémentaires que l’entreprise a développées au fil du temps.

Un bateau doté de nombreux équipements

Long de 24.9 mètres pour une largeur de 8 mètres, FeliX est équipé de deux moteurs Scania de 450cv, deux propulseurs d’étrave et deux azimutaux permettant au navire d’atteindre 13 nœuds et de bénéficier d’un système de positionnement dynamique (DP1). Son autonomie est d’une dizaine de jours, ce qui lui permet de pouvoir mener des missions assez longues ou de se rendre directement vers une zone d’opération éloignée.

 

FeliX (© : IXBLUE)

 

FeliX est doté d’un vaste pont de travail, d’une surface de 55 m², d’où il peut mettre en œuvre au moyen d’un portique et d’une grue de nombreux instruments : magnétomètre et gradiomètre (Geometrics G882), sonar Klein 3000.3900/Shadows, bennes à sédiments et à eau… Une ouverture dans la coque (moonpool) permet en plus le déploiement d’un système de positionnement acoustique sous-marin USBL Gaps. S’y ajoute une gondole fixée sous la coque avec notamment un sondeur multifaisceaux  R2Sonic 2024 et un sondeur de sédiments Echoes 3500. Le navire peut aussi déployer des robots télé-opérés (ROV), un petit carottier (utilisé pour les chemins de câbles des parcs offshore) et des streamers destinés aux études sismiques, avec des moyens adaptés pour les sites d’implantation d’éoliennes (élimination du bruit acoustique littoral pour obtenir un signal propre à des profondeurs élevées). On notera qu’une grande partie des instruments a été fournie par iXblue.

Acquisition et traitement des données en temps réel

Les données sont directement recueillies, analysées et transmises à terre par l’équipe oeuvrant dans une salle de contrôle dédiée, située juste à côté du pont. « FeliX peut travailler 24h/24 pour faire de l’acquisition et du traitement de données, avec une restitution sous 24 heures. Le client peut valider les travaux en temps réel et dès que le bateau revient, la cartographie est réalisée. Très peu de supports en France en sont capables », souligne Carole Chaize, responsable Génie côtier chez iXblue.

 

La Survey Room pour l'acquisition et le traitement des données (© : IXBLUE)

 

Des débuts en Méditerranée

Suite à la mise en service de FeliX, iXblue a d’abord profité de sa présence en Méditerranée pour y réaliser des travaux d’opportunité, avec pour commencer une mission d’essais acoustiques puis une intervention au profit d’une campagne d’étude de boues rouges pour laquelle le navire est intervenu en soutien au déploiement d’un carottier et de bennes de prélèvement par grands fonds (au-delà de 1000 mètres). 

Cap au nord et sur les EMR cette année

Après ces premiers mois d’activités méditerranéennes, FeliX a rallié en janvier 2017 la zone pour laquelle il a été initialement construit : l’Atlantique, la Manche et la mer du Nord, où iXblue a développé une solide activité de service pour les projets de parcs d’éoliennes en mer et d’hydroliennes. D’Oléron à Dunkerque en passant par Guérande, Le Croisic, le Fromveur, Saint-Brieuc, Paimpol-Bréhat, le Raz-Blanchard, Fécamp et Le Tréport, le groupe a travaillé sur la plupart des sites en développement, Felix assurant la continuité de précédents moyens en oeuvrant ces derniers mois sur la zone d'essais SEM-REV et celles de futurs parcs éoliens en Normandie et dans les Hauts de France. Y ont été conduites des études géophysiques et de suivi environnemental, ainsi que des campagnes UXO (UneXplosed Ordnance). Celles-ci, destinées à repérer d’éventuelles munitions historiques présentes au fond de la mer, visent à sécuriser les zones de construction des fondations d’éoliennes ou d’hydroliennes, ainsi que les chemins de câbles reliant les parcs à la côte. Une mission dont iXblue s’est fait une vraie spécialité. Le groupe a en effet développé des algorithmes et équipements de détection spécifiques, FeliX travaillant pour ces campagnes UXO avec plusieurs capteurs : sonar latéral, magnétomètre, gradiomètre, sondeur multifaisceaux et même sondeur de sédiments, qui apportent des données complémentaires et parfois cruciales. « Le travail en multi-capteurs est très important pour réaliser une analyse complète et être en mesure, par exemple, de caractériser une bombe de ce qui est géologique, sachant que certaines roches, comme le granit, ont une signature magnétique. Les performances des équipements iXblue en matière de positionnement sont également essentielles pour les équipes ou les robots qui sont chargés de neutraliser les engins découverts et identifiés. Car si la visibilité est réduite dans l’eau, il est très important de savoir exactement où ces engins se trouvent », explique David Vincentelli, hydrographe et ingénieur d’affaires au sein de la division Sea Operations d’iXblue.

 

Mise à l'eau d'un magnétomètre (© : IXBLUE)

 

Une présence permanente qui favorise les contrats spot

Entre deux marchés EMR, le navire a également réalisé d’autres missions. Par exemple, comme il l’avait fait en Méditerranée, des essais acoustiques sur de nouveaux équipements militaires et civils, y compris la mesure des performances de nouveaux produits ou évolutions de centrales inertielles développées par iXblue. Récemment, le navire a également mené une campagne de suivi environnemental (morpho-sédimentation et bathymétrie) sur le site d’extraction de granulats du Pilier, au large de la Vendée, afin de déterminer l’évolution des fonds dans cette zone depuis la dernière étude, en 2012.

Entre deux grands contrats « structurants », FeliX travaille sur des missions plus ou moins longues de cartographie marine, en soutien de travaux maritimes. « C’est le seul navire de service privé français de ce type, avec en permanence à poste tous les équipements nécessaires pour mener des études géophysiques. C’est aussi le seul stationné sur la façade Atlantique, manche et Mer du nord. Cela nous permet, ce qui est une nouveauté pour nous, de le proposer sur le marché spot. Ainsi, en plus des grands donneurs d’ordres, des clients, parfois au budget réduit, peuvent profiter de sa présence pour l’affréter et conduire des études, ce qu’ils ne pourraient pas forcément se permettre avec des moyens lourds qu’il faudrait faire spécialement venir », assure David Vincentelli.

 

Déploiement d'une bouée (© : IXBLUE)

 

« FeliX a atteint les objectifs qui lui avaient été fixés »

Moins grand que le navire qu’il a remplacé, l’ancien Ixplorer de 37 mètres qui a été vendu, le gabarit de FeliX constitue un compromis intéressant : « C’est un navire moderne dont les espaces sont optimisés afin d’offrir d’importantes capacités et comme c’est un moyen léger, avec un tirant d’eau réduit, il est bien adapté aux travaux dans les zones côtières ».

En moins de 18 mois, le nouveau catamaran hydrographique d’iXblue n’a donc pas chômé et, au sein du groupe, on se félicite de cette activité comme des performances du bateau et de ses équipements. « FeliX a atteint les objectifs qui lui avaient été fixés. Nous sommes parvenus autour d’équipements géophysiques à créer un outil économique et de qualité avec des systèmes très performants en matière de navigation, de positionnement et d’acquisition de données. C’est un bateau polyvalent qui répond notamment à la multitude de tâches demandées sur les sites éoliens. Il peut remplir des missions très variées et réaliser des prélèvements par grands fonds grâce à ses importants moyens de levage », précisent Carole Chaize et David Vincentelli.

 

FeliX au large de Dunkerque (© : IXBLUE)

IXBlue