Défense
iXblue livre trois CMM aux bases navales de Brest et Cherbourg

Actualité

iXblue livre trois CMM aux bases navales de Brest et Cherbourg

Défense

Le chantier iXblue de La Ciotat a procédé la semaine dernière au convoyage de trois nouveaux chalands multi-missions (CMM) à propulsion hybrides destinés à la Marine nationale. Transportés par le cargo Atlantic depuis la Provence, le Scarabée et la Fourmi ont été débarqués le 28 octobre dans la base navale de Brest. Puis le navire est reparti avec en pontée le troisième CMM, l’Araignée, qui a rejoint dans la foulée la base navale de Cherbourg. Ces trois chalands doivent être réceptionnés en décembre par la direction générale de l’armement en vue d’une admission au service actif en 2020.   

 

 

Le Scarabée et la Fourmi en Pelfeld, à Brest, après leur débarquement (© : MICHEL FLOCH)

Le Scarabée et la Fourmi en Pelfeld, à Brest, après leur débarquement (© : MICHEL FLOCH)

 

Tête de série de ce programme de huit CMM, la Cigale a été livrée en novembre 2017 et mise en service en avril 2018 au Pôle Ecoles Méditerranée de Saint-Mandrier. Son premier sistership, le Criquet, a rallié en mai dernier la base navale de Toulon, où l’a récemment rejoint le Grillon. Les deux dernières unités de la série, la Luciole et la Tianée, doivent être livrées en début d’année prochaine par iXblue. Avec pour commencer la Tianée, qui sera basée à Toulon (normalement au profit du CEPHISMER) et ensuite, puisque son port d’attache est plus lointain, la Luciole, attendue au cours de la seconde quinzaine de mars à Fort-de-France, en Martinique.

 

(© : IXBLUE)

(© : IXBLUE)

 

Les CMM sont conçus et réalisés par iXblue en partenariat avec Cegelec et Mauric, mais aussi le chantier CMN de Cherbourg qui réalise leurs coques en aluminium, armées ensuite à La Ciotat. Ces chalands de 24 mètres de long pour 8 mètres de large et 53 tonnes de déplacement en charge peuvent atteindre la vitesse de 10 nœuds et se distinguent donc par l’adoption d’une propulsion hybride. Pour les phases de transit, lorsque la vitesse est la plus élevée, des groupes électrogènes fonctionnant au gasoil alimentent les moteurs électriques de propulsion. Mais pour les phases d’exploitation à faible vitesse, les moteurs sont alimentés par des batteries (Lithium-ion/fer-phosphate). Permettant de naviguer jusqu’à 8 heures à une allure de 2 nœuds, elles sont rechargeables à quai, ou en mer par les groupes. Ce mode sur batterie permet d’opérer sans émission polluante, une technologie déjà en service sur des navires civils mais qui constitue une première pour la marine française. C’est la société Alternatives Energies (AltEn) qui a été chargée de développer le système énergie-propulsion des CMM, Cegelec Défense et Naval Sud-Est allant assurer le maintien en condition opérationnelle (MCO) des bateaux sur une période de 10 ans après leur mise en service.

 

(© : IXBLUE)

(© : IXBLUE)

(© : IXBLUE)

(© : IXBLUE)

(© : IXBLUE)

(© : IXBLUE)

 

 

 

iXblue | Actualité de l'équipementier naval et sous-marin Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française