Vie Portuaire
Jean-Frédéric Laurent : « Il faut redonner confiance dans le port de Bordeaux »

Interview

Jean-Frédéric Laurent : « Il faut redonner confiance dans le port de Bordeaux »

Vie Portuaire

Jean-Frédéric Laurent a pris ses fonctions de directeur du Grand Port Maritime de Bordeaux en mars dernier. Au lendemain de la signature d'une convention entre le GPM et les collectivités locales, et alors que le tonnage continue à faire grise mine, il pose les premières pistes d'un plan de reconquête du trafic. Qui passe notamment par celle de la rencontre entre le port et son hinterland.

_____________________________________________________

 

MER ET MARINE : Le port de Bordeaux enregistre une baisse continue de trafic depuis une dizaine d’années. Alors que vous venez de prendre la direction du port, quels sont vos projets pour enrayer cette tendance ?

JEAN-FREDERIC LAURENT : Effectivement la situation n’est pas bonne. Nous faisions 9 millions de tonnes par an il y a 10 ans, en 2018 nous étions à 7 millions. Et le début de l’année 2019 ne montre pas d’amélioration, voire même une dégradation liée notamment à la fin du service de MSC. Ce constat négatif concerne la plupart des filières (vrac solide, céréales, produits pétroliers, conteneurs).

Il faut tirer des enseignements de cette période pour réorienter les flux vers le port. Aujourd’hui, nous sommes dans une phase de diagnostic. Il est encore trop tôt pour donner des pistes concrètes mais nous nous lançons dans une phase de reconstruction. Et cela passe d’abord par la reconnexion de la place portuaire avec son territoire : la ville de Bordeaux et son agglomération, le département de la Gironde et la région Nouvelle Aquitaine. Parallèlement, il nous faut aussi aller à la rencontre du tissu industriel et commercial local, pour leur faire

Port de Bordeaux