Energies Marines
Jifmar : après un premier contrat à Taiwan, le Jif Breizh devrait rester en Asie

Actualité

Jifmar : après un premier contrat à Taiwan, le Jif Breizh devrait rester en Asie

Energies Marines

C’était une première pour Jifmar Offshore Services. L’armateur marseillais avait envoyé le Jif Breizh, son navire de travail DP1 à faible tirant d’eau, pour un premier contrat à Taiwan. Le navire de 36.95 mètres de long pour 10.54 de large avait été chargé en début d’année à Anvers (Belgique) à bord d’un navire de la compagnie allemande SAL Heavy Lift, spécialisée dans le transport de colis lourds. Après 38 jours de mer, il était arrivé à Taichung pour soutenir son client, le groupe belge Jan de Nul, dans ses opérations sur le projet de parc éolien Formosa 2 qui comptera 47 turbines Siemens Gamesa de 8 MW en 2021. Malgré la pandémie, le Jif Breizh a pu participer aux opérations de forage prévues pendant trois mois.

 

(© JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

(© JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

 

Le travail effectué, le Jif Breizh ne devrait pas rentrer en Europe pour autant. Selon Jifmar, il « devrait rester en Asie de l’Est pour soutenir l’industrie des énergies renouvelables en plein essor dans la région ». En effet, Taïwan est en passe de devenir un leader de l’éolien offshore en Asie. Le Trésor estimait, il y a un an, que 32 milliards de dollars devaient y être investis dans ce secteur en 10 ans. Il dénombrait 16 projets de fermes éoliennes offshores prévus pour entrer en service entre 2020 et 2025.

Jifmar avait fait un premier pas en Asie de l’Est en 2019 en signant un MoU (Memorandum of Understanding) avec le groupe nippon Dokai Marine, dans le but de développer l’éolien offshore au Japon en amenant des navires de type multicat DP sur ce marché.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

(© JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

(© JIFMAR OFFSHORE SERVICES)

 

Jifmar Offshore Services | Actualité de la compagnie