Défense
JSF : Petits réglages « entre amis » pour Londres et Washington

Actualité

JSF : Petits réglages « entre amis » pour Londres et Washington

Accumulation des retards, dérive des coûts, problèmes de transfert de technologie... L'exaspération est telle que la Grande-Bretagne a menacé de se retirer du projet JSF.
Défense

Les grandes manSuvres se poursuivent entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis autour du programme Join Strike Fighter (JSF/F 35), avion de combat qui doit, notamment, équiper les futurs porte-avions de la Royal Navy (CVF). Ces dernières semaines, une intense activité politique et médiatique a été enregistrée, de part et d'autre de l'Atlantique, après les menaces britanniques d'un éventuel abandon du programme. En déplacement au Royaume-Uni, Condoleezza Rice a tenté d'éteindre l'incendie qui s'étend autour d'une coopération militaire réputée sans faille : « Nous travaillons sur les problèmes de partage de technologie. C'est un sujet complexe mais ces questions sont gérées entre amis », a déclaré vendredi la secrétaire d'Etat américaine. Le torchon brûle depuis les déclarations de Lord Paul Drayson, mi-mars, lors d'un déplacement à Washington. Le sous-secrétaire d'Etat britannique à la Défens

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques