Histoire Navale
Jutland : Les sonars du HMS Echos retrouvent l’épave du Lutzow

Actualité

Jutland : Les sonars du HMS Echos retrouvent l’épave du Lutzow

Histoire Navale

Alors qu’on commémorera en juin 2016 le centenaire de la bataille du Jutland, le bâtiment océanographique HMS Echos, de la Royal Navy, a retrouvé l’épave de l’ancien bâtiment amiral de Franz van Hipper. Les restes du croiseur de bataille Lutzow, coulé lors de l’affrontement entre les flottes britannique et allemande, ont été repérés par le HMS Echos lors d’une campagne menée au début de l'été au large du Jutland, en mer du Nord. Equipé de nouveaux sonars et d’un marégraphe, le bâtiment a repéré les restes du Lutzow à 8 milles de sa dernière position connue et son système d’imagerie 3D flambant neuf a produit d’étonnantes images. « Elles assureront que le lieu de repos final du bâtiment soit reconnu comme tombe de guerre », explique le commandant Philippe Newell, commandant du HMS Echos.

 

Les restes de l'épave du Lutzow (© : ROYAL NAVY)

Les restes de l'épave du Lutzow (© : ROYAL NAVY)

Les restes de l'épave du Lutzow (© : ROYAL NAVY)

Les restes de l'épave du Lutzow (© : ROYAL NAVY)

 

Lancé en novembre 1913, le Lutzow était flambant neuf au moment de la bataille du Jutland, à laquelle il participa avec son aîné, le Derfflinger, au sein de l’escadre commandée par l’amiral Hipper et regroupant les croiseurs de bataille de la Hochseeflotte. Le Derfflinger et le Lutzow étaient les plus grands et les plus puissants bâtiments de ce type au sein de la marine allemande. Ils mesuraient 210 mètres de long et présentaient un déplacement de plus de 31.000 tonnes à pleine charge. Armés par un équipage de 1125 hommes, ils pouvaient dépasser la vitesse de 26 nœuds et disposaient comme artillerie principale de quatre tourelles doubles de 305mm.

 

Le Lutzow (© : DR)

Le Lutzow (© : DR)

 

Lors de la bataille du Jutland, les navires de Hipper, dont l’escadre comprend également les  Seydlitz, Moltke et Van der Tann, s’illustrent contre leurs adversaires britanniques et démontrent la supériorité de la conception allemande en matière de blindage. Ils envoient par le fond les croiseurs de bataille HMS Queen Mary, HMS Indefatigable et HMS Invincible, le HMS Lion échappant de justesse au même sort. Ils coulent également le croiseur cuirassé HMS Defense et mettent hors de combat d’autres bâtiments du même type, endommageant au passage plusieurs cuirassés, dont le HMS Malaya. Toutefois, face à des forces supérieures en nombre et plus puissantes, à commencer par les cuirassés britanniques des classes Revenge et Queen Elizabeth, les unités de Hipper finissent par être débordées.  Atteint par une quinzaine d’obus de gros calibre, dont du 380mm, le Derfflinger parvient malgré ses avaries à rejoindre sa base, tout comme le Seydlitz, gravement endommagé et qui arrive au port à peine à flot. Le Lutzow n’a pas cette chance. Touché à 24 reprises, le bâtiment est finalement évacué par son équipage et par l’amiral Hipper. Mais le navire prouve une nouvelle fois l’incroyable résistance des croiseurs de bataille allemands en refusant de sombrer, malgré l'enfoncement de son avant, qui fait ressortir ses hélices hors de l'eau. Faute de pouvoir le manœuvrer et donc le ramener, les Allemands décident de l'achever, ce que font des torpilleurs dans la nuit du 1er au 2 juin 1916. 

Royal Navy