Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Fil info

Kea Trader : Les autorités françaises valident le plan d’enlèvement de l’armateur

Marine Marchande

Depuis le 12 juillet dernier, date de l’échouement du Kea Trader, l’implication de l’armateur, en lien étroit avec les services de l’Etat a permis d’éviter une pollution majeure aux hydrocarbures, qui constituait le risque principal au début des opérations.

L’enlèvement du porte-conteneurs de 184 m de long et de 25 000 tonnes, qui se trouve en pleine mer et exposé à la houle, est évidemment un chantier exceptionnel nécessitant des compétences et une expertise particulière. Il a fait l’objet d’un appel d’offres international lancé par l’armateur.

La méthodologie envisagée par le propriétaire du navire est celle de l’évacuation des deux parties de coque, sans découpage, et permettrait :

Un impact moindre sur le récif et un risque de pollution limité, la question de la protection de l’environnement et de la sécurité des opérations de secours demeurant la priorité de l’Etat dans ce dossier.

De débuter rapidement les opérations préparatoires à l’enlèvement. Le Kea Trader est soumis à une forte pression de la mer. Cela a notamment conduit au déplacement de la partie avant du cargo, située aujourd’hui à quelques mètres de la partie arrière.

L'entreprise retenue pour procéder aux opérations d'enlèvement entend explorer les opportunités éventuelles de travailler avec des entreprises calédoniennes dans le cadre de ces opérations.

Depuis juillet, de nombreux acteurs économiques du territoire ont ainsi été mobilisés lors des opérations mises en oeuvre et pour assurer le soutien logistique des équipes en place.

L’ensemble du plan opérationnel a fait l’objet d’un examen attentif par les services de l’Etat et notamment par les experts de l’état-major de la marine nationale et du Centre d’expertises pratiques de lutte anti-pollution. Si l’armateur demeure le seul responsable du choix du prestataire, l’Etat a le devoir de veiller à ce que le plan d’opérations retenu soit conforme aux conventions internationales et aux mises en demeure qui ont été adressées au propriétaire.

Au vu des éléments présentés et des vérifications effectuées, l’Etat a décidé d’agréer la méthodologie d’enlèvement à laquelle l’armateur a donné sa préférence. Il veillera tout au long des opérations à leur bonne conformité aux normes en vigueur.

En complément, et afin de prendre en compte les difficultés d’intervention sur le récif Durand et de respecter la sécurité et la protection du milieu marin, il a été demandé:

- une planification détaillée à chaque phase critique ; laquelle fera l’objet d’une présentation à l’équipe de gestion de crise

- le concours du centre d'expertises pratiques de lutte antipollution et du centre de sécurité des navires

- un inventaire des matières dangereuses qui sera adressé à la Direction des affaires maritimes et à la DIMENC, avant l’opération de chargement du Kea Trader sur la barge semi-submersible.

Le calendrier précis des opérations sera communiqué ultérieurement.

Communiqué du Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, 13/02/18