Marine Marchande
Kerguelen : Une nouvelle jeunesse pour le chaland L'Aventure II

Actualité

Kerguelen : Une nouvelle jeunesse pour le chaland L'Aventure II

Marine Marchande

A Port-aux-Français, c’est le navire amiral de la flotte. Celui qui ravitaille quand le Marion Dufresne est en escale à Kerguelen, celui qui transporte quand la science a besoin de partir en manip’ dans le golfe du Morbihan, celui qui entretient quand les palangriers ont besoin d’un coup de main. Ce navire est un chaland de 18 mètres de long, 30 tonnes de capacité de charge, mené par deux marins, issus des rangs de la Marine nationale et détachés en mission à Kerguelen. Evidemment, il porte un nom approprié, L’Aventure, deuxième du nom.

 

 

Sorti des chantiers CIB de Brest en 1990, il est arrivé la même année à Kerguelen, où il fut baptisé en présence de l'amiral Claude Corbier, ancien préfet maritime de Brest, administrateur des TAAF. Pour ses 30 ans, l’administration des TAAF lui a offert un bain de jouvence, sous la forme d’un arrêt technique de trois mois chez Piriou Réunion. Tous ses systèmes remis à neuf, il a été chargé il y a deux semaines sur le Marion Dufresne et vient de retrouver son port d’attache austral. Pour le plus grand plaisir de ses marins.

 

 

« Je ne pense pas que l’on se trouve par hasard sur le chaland », dit Matthieu Simon, bosco actuel de l’Aventure 2. « En effet, étant dans la Marine Nationale depuis une douzaine d’années, j’ai toujours prêté attention au retour d’expérience d’anciens maîtres de manœuvres qui ont commandé le chaland. Tous en sont revenus comblés professionnellement par la spécificité de la navigation, et émerveillés par la beauté des sites traversés lors des différentes missions sur les îles de l’archipel ». L’année dernière, il décide de faire le grand saut et sa candidature est sélectionnée.

Dès son arrivée à Kerguelen, il a « aussitôt rencontré le légendaire chaland. C’est vrai qu’il en impose même avec le poids des années ». Et rapidement, il a appris à découvrir l’exigent plan d’eau qui constitue le terrain de jeu de L’Aventure II. « La navigation est vraiment particulière dans les îles. Elle demande de l’expérience et du sang-froid. En effet, la météo capricieuse, les hauts fonds, les bancs de laminaires et les déposes de personnel parfois délicates font partie du quotidien ». Les opérations sont nombreuses et variées : « les déposes des scientifiques sur les iles du Golfe du Morbihan, l’entretien des mouillages, les opérations logistiques ont rythmé mon année. Et je peux dire qu’on ne voit pas le temps passer à la flottille ! »

Michaël Nicolle est le mécanicien du chaland, lui aussi issu de la Marine Nationale. Il dit également qu’il a eu « l’incroyable chance d’avoir été sélectionné pour une campagne de 13 mois sur le district de Kerguelen ». « C’est avec une grande fierté que je suis arrivé ici, à Port-aux-Français, le 23 novembre 2019. Pour la première fois j’ai vu mon outil de travail, L’Aventure II, au milieu d’une nature magnifique et sauvage. J’avais hâte de prendre la mer ». Un bateau « taillé pour être ici à Kerguelen, où les conditions météorologiques sont souvent difficiles avec une mer assez agitée ». Si Michaël connaissait déjà ce type de propulsion, il a été accompagné « par le savoir-faire du référent technique qui est basé à La Réunion. Il est au courant de tous les évènements rencontrés par le chaland grâce à la conservation des historiques, des commandes de pièces, des dossiers d’avaries et des plans de maintenance. Cette entente est primordiale pour mener à bien notre mission. Et je pense que l’on fait une bonne équipe ».

 

 

Matthieu et Michaël ont des souvenirs taafiens lumineux. « Sur le district, le chaland est aussi un lieu d’échange et d’entraide. Il n’est pas rare de voir une personne de la réserve naturelle, des TAAF ou de l’IPEV donner un coup de main aux marins pour la mise en place du zodiac sur le bossoir, ou le largage des aussières avant le départ » souligne ainsi Matthieu.« Les navigations dans les paysages du Golfe, en croisant des dauphins de Commerson, des albatros, des fuligineux, des différentes espèces de manchots (Gorfou, Papou, Royaux), des baleines, des éléphants de mer, une multitude d’oiseaux… Une nature extraordinaire qui vous en met plein les yeux et dont peu de personnes ont la chance de profiter car elle est accessible uniquement avec le chaland », s’émerveille le mécanicien.

Dans quelques temps, tous deux feront la passation avec leurs successeurs de la mission 71. Ils remettront les clés du chaland, fringant trentenaire remis à neuf, et qui décidément porte bien son nom.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

TAAF | Actualité de l'espace maritime austral et antarctique