Construction Navale
Knud E. Hansen dévoile un design de paquebot d’expédition

Actualité

Knud E. Hansen dévoile un design de paquebot d’expédition

Construction Navale
Croisières et Voyages

Le bureau d’architecture danois Knud E. Hansen vient de dévoiler un nouveau design de navire de croisière. Un bateau spécialement conçu pour les expéditions et navigations en zones polaires. Long de 139.4 mètres pour une largeur de 20.5 mètres, il présente un tirant d’eau de 4.8 mètres. Doté d’une propulsion diesel-électrique, avec quatre moteurs diesels de 2760 kW répartis en deux compartiments et un générateur d’urgence, il est équipé de deux pods et deux propulseurs d’étrave afin de bénéficier d’une grande manoeuvrabilité. Sa vitesse est de 18 nœuds. Conçu pour affronter des conditions météorologies très rudes et pénétrer dans des zones particulièrement difficiles d’accès, le navire dispose d’une coque renforcée (classe Ice 1A) lui permettant d’évoluer en Arctique et Antarctique. Il affiche une autonomie très importante, lui permettant d’opérer pendant plus de trois semaines, et est doté de stabilisateurs dynamiques.

 

 

Le navire d’expédition de Knud E. Hansen peut embarquer jusqu’à 300 passagers, logés dans 150 cabines réparties sur trois ponts et offrant toutes une vue sur la mer, celles situées au niveau du pont de la passerelle étant dotées de balcons. Certaines, modulaires, peuvent être couplées pour être transformées en suites. Les espaces publics sont concentrés sur deux ponts et comprennent notamment, au-dessus de la passerelle, un salon d’observation panoramique surmonté d’une plateforme hélicoptère. A l’instar du concept Ulysseas dévoilé en début d'année par STX France, un ascenseur permet de loger l’appareil dans le salon d’observation, où les passagers peuvent l’observer grâce à un abri fait de baies vitrées.

 

 

Pour les excursions et les descentes à terre, notamment sur les sites polaires ne disposant d’aucune infrastructure portuaire, le navire est conçu pour embarquer dix Zodiac et cinq jet-skis. Des engins logés à l’arrière dans un hangar dédié, à partir duquel les passagers peuvent monter à bord et descendre en toute sécurité. Ce garage, qui dispose d’un espace de préparation et de décontamination (pour l’Antarctique notamment) peut également abriter un robot sous-marin télé-opéré (ROV), capable de plonger à 3000 mètres et qui, grâce à ses caméras, ferait découvrir en direct, sur les grands écrans à bord du navire, les trésors cachés des fonds marins, comme la vie aquatique, une épave, un récif remarquable à l’image d’une barrière de corail... Une nouveauté intéressante qui rencontre un succès croissant sur les grands yachts mais n’a pas encore vu le jour dans le secteur de la croisière. 

 

Croisière - Informations générales