Construction Navale
Kongsberg : « Les briques technologiques pour les navires autonomes sont là »
ABONNÉS

Rencontre

Kongsberg : « Les briques technologiques pour les navires autonomes sont là »

Construction Navale

Le groupe norvégien Kongsberg vient de lancer Kognifai, une toute nouvelle plateforme de recueil et de traitement des données des navires. Basée sur le cloud, Kognifai vise à la fois à collecter ces données, le fameux « big data », mais également à les traiter de manière à optimiser le fonctionnement du bateau. Pour cela, le client pourra choisir quelles données seront transmises et n’importe quel tiers équipementier pourra y ajouter sa propre technologie. Si la digitalisation est désormais le nouvel outil standard de la gestion de flotte, Kongsberg est déjà en train de préparer la deuxième phase de cette nouvelle donne technologique, à savoir l’autonomisation des navires.

 

(© KONGSBERG)

(© KONGSBERG)

 

« C’est un projet que nous avons démarré il y a 15 ans », se souvient Olivier Cadet, vice-président de Kongsberg, rencontré fin mars à Oslo. « Nous nous demandions déjà comment faire remonter les données des navires. L’industrie pétrolière, Statoil notamment, était déjà très en demande de ce genre de suivi ». Le projet fait son chemin, mais les choses accélèrent franchement ces cinq dernières années. La digitalisation commence à entrer dans les mœurs, « nos clients se rendent compte que les données sont en train de devenir un atout ». Cela fait déjà plusieurs années que Kongsberg suit les bateaux et plateformes qu’il équipe de ses systèmes. Le groupe a trois centres, à Oslo, Singapour et la Nouvelle-Orléans, qui reçoivent les informations transmises par les 18.000 bateaux et plateformes qui ont son matériel à bord et qui effectuent le relais entre le support technique et les unités en mer.

 

Olivier Cadet (© KONGSBERG)

Olivier Cadet (© KONGSBERG)

 

Mais les choses évoluent rapidement à l’ère numérique. « La question qui s’est vite posée, c’est comment transformer toutes ces données, qu’elles viennent de la passerelle ou de la machine, en quelque chose d’encore plus utile. Dans le contexte de la crise récente de l’Oil&Gas, qui a imposé des grosses réductions de coûts d’exploitations à nos clients, il est vite apparu que la maintenance était un secteur critique dans lequel l’utilisation des données avait une réelle pertinence ».

 

(© KONGSBERG)

(© KONGSBERG)

 

Recueillir des données diverses, les combiner, les enrichir, les interpréter, « il s’agit désormais moins de proposer des produits à nos clients que des solutions qui correspondent et s’adaptent parfaitement à leur écosystème et contraintes spécifiques ». Pour Kongsberg, il a fallu investir, recruter des nouvelles compétences venues du secteur de l’informatique, de l’intelligence artificielle, du « machine learning » (l’apprentissage automatique qui permet à la machine connectée d’évoluer en permanence en fonction des données recueillies). En février 2016, une nouvelle filiale, Kongsberg Digital est lancée, amenant avec elle la mentalité « start-up numérique ».

 

(© KONGSBERG)

(© KONGSBERG)

 

Le projet de la création d’une nouvelle plateforme est, à ce moment-là, déjà bien avancée. Le cahier des charges est clair : pas d’installation, une indépendance totale de l’utilisateur, une customisation avancée, la possibilité d’intégrer des plug-ins tiers et des données protégées. « Nous avions déjà une culture très forte de la cybersécurité chez Kongsberg, dans la mesure où nous travaillons beaucoup dans le secteur de la défense. Garantir une étanchéité totale dans la transmission des données, c’est quelque chose que nous connaissons bien ».

Kognifai va ouvrir beaucoup de nouvelles possibilités : de la maintenance prédictive ou encore le jumeau digital, qui va permettre de reproduire entièrement un navire et son fonctionnement à terre. Mais il prépare aussi la deuxième étape, celle de l’autonomisation des navires. « Toutes les briques technologiques sont là. Les senseurs et capteurs doivent encore être affinés, nous avons les compétences en interne dans nos départements défense et subsea ». Un démonstrateur est d’ailleurs en cours de construction. Il devrait naviguer sur le fjord de Trondheim dans les mois prochains.

 

Le futur démontastrateur autonome (© KONGSBERG)

Le futur démontastrateur autonome (© KONGSBERG)