Divers

Actualité

La Belle Angèle s'échoue à l'Aber Wrac'h, son skipper décède

Divers

Le skipper de La Belle Angèle, affrétée par Etoile Marine Croisières, est décédé à la suite du talonnage hier matin du vieux gréement à l'Aber Wrac'h, dans le nord du Finistère. Le bateau était parti de Saint-Malo, dimanche, pour rejoindre Concarneau avec 7 personnes à son bord.

Le corps du patron de La Belle Angèle, un homme âgé d'une trentaine d'années qui était porté disparu depuis l'aube, a été repêché en fin de matinée tout près de la balise de la Petite Fourche.

Anthony Meignan était salarié de l'entreprise Bretagne Marine Croisières, qui affrète le bateau. « Il était très expérimenté, on pouvait lui faire une grande confiance. C'était un passionné de vieux gréements », souligne Wilfrid Provost, qui a repris l'entreprise fin 2015, gérée auparavant par Bob Escoffier. Le chef d'entreprise vannetais se dit « très affecté par ce drame ».

 

(© : LE TELEGRAMME - CLAUDE PRIGENT)

 

Une escale pour se protéger des vents forts

La Belle Angèle, propriété de l'association du même nom, avait quitté Saint-Malo, ce dimanche, vers 2h, pour rejoindre Concarneau. L'équipage avait été salué une dernière fois par Bob Escoffier. Il a fait escale à l'Aber Wrac'h pour se protéger des fortes rafales de vent. Mardi matin, décision est prise de poursuivre le trajet car le vent avait molli. Toutefois, la mer est toujours formée. 

Le bateau est mis en difficulté rapidement. A 5h50, le CROSS Corsen intercepte un message de détresse : le navire a talonné, ce qui a apparemment occasionné d'importants dégâts.

Six personnes - quatre passagers et deux membres d'équipage du voilier - sont récupérées en hypothermie sur l'île de La Croix. S’y ajoutent deux sauveteurs de la SNSM, qui les ont rejoint à la nage après le retournement de l’annexe du canot tous temps de la station de l’Aber Wrach, dépêché pour secourir les naufragés. « Quand nous avons quitté le canot à bord de son gonflable, la houle nous a fait basculer et nous avons rejoint le bateau à la nage. A bord l'un des passagers était en état d'hypothermie avancée, il avait du mal à s'exprimer. Nous l'avons pris en charge et fait hélitreuillé en premier après avoir dégagé les voiles et les haubans pour la manœuvre », témoigne Laurent Le Goff, l'un des sauveteurs plongeurs avec Fred Poullain. Les rescapés ont été récupérés par l’hélicoptère Dragon 29 de la Sécurité civile.

Gestion de l’épave

« Un expert a été dépêché sur place pour évaluer les dégâts et organiser l'évacuation du bateau. Quelques 250 litres de gasoil sont à bord mais les conditions météo actuelles empêchent une intervention immédiate du service anti-pollution. La préfecture maritime va informer les navigateurs de ce danger », précisait sur place, hier, le capitaine de frégate Riaz Akhoune, porte-parole de la préfecture maritime. De son côté Christine Chevalier, maire de Landéda, va prendre un arrêté municipal pour interdire une zone littorale proche de l'épave sur les dunes de Sainte-Marguerite, pour des raisons de sécurité.

 

La Belle Angèle (© : MICHEL FLOCH)

 

Réplique d’un bateau datant de 1877

Gréée en trois mâts portant des voiles au tiers, La Belle Angèle est un Chasse-Marée construit en 1992. Réplique de l'Utile, lancé à Pont-Aven en 1877, ce bateau de 50 tonnes et 195 m2 de voilure mesure 24.5 mètres de long pour 4.6 mètres de large, avec un tirant d’eau de 2 mètres. À quai, il peut embarquer 40 personnes. Et 10 personnes en croisière.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Accidents, pollutions