Défense
La Bundesmarine arrive au Liban, la France maintient sa présence

Actualité

La Bundesmarine arrive au Liban, la France maintient sa présence

Défense

Chargé de commander la Task Force chargée d’assurer la surveillance maritime des côtes libanaise, le groupe naval allemand, qui avait quitté sa base le 21 septembre, est arrivé hier matin à Chypre. Après une brève escale à Limassol, les frégates Mecklenburg-Vorpommern et Karlsruhe, les patrouilleurs lance-missiles Dachs, Hyäne, Nerz et Ozelot, le pétrolier ravitailleur Frankfurt Am Main et le navire de soutien Elbe mettront le cap sur le Liban. Pour l’Allemagne, il s’agit du premier déploiement dans cette région du monde depuis la seconde guerre mondiale. Tout un symbole pour cette force chargée, sous mandat des Nations Unies, de maintenir la paix après le conflit entre le Hezbollah et Israël. En tout, Berlin a dépêché 1000 soldats, en plus des 1500 marins de la Bundesmarine. L’envoi de troupes à terre est néanmoins exclu, pour éviter tout risque d’affrontement avec les soldats de Tsahal.

La Marine nationale reste partiellement sur zone

De son côté, Paris a décidé de maintenir sa participation au sein du dispositif intérimaire de contrôle maritime de la FINUL, sous commandement italien jusqu'à la relève allemande. Dans ce cadre, la frégate Courbet a remplacé le 27 septembre la frégate antiaérienne Cassard, reprenant ses missions de surveillance des côtes libanaises aux côtés d’unités italiennes, grecque et britannique. Depuis le déploiement de cette force, 606 bâtiments de commerce ont été interrogés, dont 211 par les unités françaises. Depuis juillet dernier, la Marine nationale a envoyé au Liban le bâtiment de projection et de commandement Mistral, les transports de chalands de débarquement Foudre et Siroco, les frégates Cassard, Jean Bart, Jean de Vienne et Courbet, ainsi que le bâtiment de ravitaillement Var. Les opérations étant devenues essentiellement terrestre, le maintien de grosses unités amphibies ne se justifie plus. C'est pourquoi la Foudre a regagné Toulon le 28 septembre. Une dizaine de jours plus tôt, 900 militaires français du premier bataillon de renfort se sont déployés dans la zone d’opération centrale de la FINUL. Deux premiers échelons, positionnés dans les régions de Tbnin et Bint Jubayl, conduisent des opérations de contrôle de zone depuis le 27 septembre. Ils prennent contact avec les autorités locales et les forces armées libanaises déployées dans cette région. Un troisième échelon comprenant notamment des chars Leclerc est positionné à Deir Kifa. Il constitue une force de réaction rapide au profit de l’ensemble de la FINUL.
______________________________________________

Voir la fiche technique des TCD Foudre et Siroco

Voir la fiche technique des frégates Cassard et Jean Bart

Voir la fiche technique de la frégate Jean de Vienne

Voir la fiche technique de la frégate Courbet

Voir la fiche technique du BCR Var

Voir la fiche technique de la frégate Mecklenburg-Vorpommern

Voir la fiche technique de la frégate Karlsruhe

Voir la fiche technique des patrouilleurs du type 143 A

Voir la fiche technique du pétrolier ravitailleur Frankfurt Am Main

Voir la fiche technique du navire de soutien Elbe