Histoire Navale

Actualité

La Calypso parée pour rejoindre Concarneau... puis Toulon?

Histoire Navale

Le célèbre navire d'exploration du commandant Jacques-Yves Cousteau devrait quitter La Rochelle demain, si les conditions météo sont bonnes. Presque dix ans après son arrivée dans le port charentais, où elle était restée à l'abandon, la Calypso va subir une cure de jouvence en Bretagne. Remorquée jusqu'à Concarneau, elle sera mise au sec et rénovée par la Finistérienne de construction et de réparation, une filiale du groupe Piriou. A l'issue des travaux, le bateau devrait rejoindre la Méditerranée et le port de Toulon, a annoncé dimanche dernier le président de la Fédération Française d'Etudes et de sports Sous-Marins. Selon Roland Blanc, un accord a été conclu entre l'Equipe Cousteau, propriétaire du bateau, et la Fédération Française de Plongée. La Calypso devrait « faire l'objet d'expositions muséographiques relatant son histoire au service de la science et de l'éducation », a simplement indiqué Francine Cousteau, veuve du commandant décédé en 1997, et présidente de l'Equipe Cousteau. En attendant, le vieux navire, construit en 1942, devra, malgré son piteux état, affronter le golfe de Gascogne pour rejoindre Concarneau, un transit jugé « extrêmement délicat ». Pour mener à bien l'opération, le remorqueur tractant la Calypso sera appuyé par un navire de soutien.

Ancien dragueur de mines, la Calypso est restée pendant 43 ans l'inséparable compagne du marin au bonnet rouge. Dotée d'engins de plongée et d'un hélicoptère, elle a emmené des millions de téléspectateurs à la rencontre du « monde du silence », sur toutes les mers du globe. Pour le navire, l'aventure s'achèvera en Asie, avec son naufrage à Singapour, en 1996. Renflouée, elle avait été ramenée à La Rochelle deux ans plus tard, dans l'attente d'une décision sur son sort. Une longue bataille juridique avait alors opposé Francine Cousteau, à la tête de l'Equipe Cousteau, aux Campagnes Océaniques Françaises, association à laquelle appartenait le fils du commandant, Jean-Michel Cousteau. Les deux parties se disputaient la propriété du bateau, qui sera finalement attribuée à la veuve du marin, en avril 2006, par la cour d'appel de Paris.