Défense
La Capricieuse rentre en métropole

Actualité

La Capricieuse rentre en métropole

Défense

La Capricieuse, l’un des quatre derniers patrouilleurs français du type P400, a définitivement quitté le 4 mai sa base de Dégrad-des-Cannes, en Guyane, pour un ultime voyage. Celui-ci conduira le bâtiment jusqu’à Brest, où il est attendu début juin, son retrait du service actif devant être prononcé dans le courant de l’été.

 

La Capricieuse saluant La Gracieuse lors de son départ de Guyane (© MARINE NATIONALE)

La Capricieuse saluant La Gracieuse lors de son départ de Guyane (© MARINE NATIONALE)

 

Opérationnelle depuis 1987, La Capricieuse a été basée pendant ses trois premières années aux Antilles, avant d’être affectée en Guyane dès l’été 1990. Elle y a donc passé pratiquement toute sa carrière, assurant la protection de la zone économique exclusive française, la lutte contre les trafics illicites ou encore la surveillance de Kourou, d’où sont tirées les fusées Ariane. En 27 ans de présence dans les eaux guyanaises, le bâtiment a notamment, rappelle la Marine nationale, a réalisé 122 missions de protection maritime du Centre Spatial Guyanais (CSG). Il a aussi procédé à l’interception et au déroutement de 104 bateaux dans le cadre de la lutte contre la pêche illégale, un véritable fléau dans cette région où la France fait la chasse aux tapouilles brésiliennes et surinamiennes qui viennent piller ses ressources halieutiques.

 

La Capricieuse (© MARINE NATIONALE)

La Capricieuse (© MARINE NATIONALE)

 

A Dégrad-des-Cannes, La Capricieuse a été remplacée par La Confiance, premier des deux nouveaux patrouilleurs légers guyanais (PLG). Mis en service le 27 avril dernier, ce bâtiment sera suivi cet été par son sistership, en achèvement au chantier Socarenam de Boulogne-sur-Mer. La Résolue succèdera à La Gracieuse, un autre P400, qui quittera à son tour la Guyane dès que son remplaçant sera opérationnel. Comme La Capricieuse, La Gracieuse partira pour Brest où elle sera en principe désarmée d’ici la fin de l’année.

Pour mémoire, 10 unités de ce type ont été réalisées par le chantier cherbourgeois CMN au profit de la flotte française, avec des mises en service s’étalant de septembre 1986 à février 1988. La Fougueuse a été désarmée en 2009, L’Audacieuse et La Boudeuse en 2010, La Railleuse en 2011. La Rieuse a quant à elle été cédée au Kenya en 2011 alors que La Tapageuse a été rénovée en 2013 pour être vendue au Gabon, qui n’en a finalement pas pris livraison (le patrouilleur reste en attente chez Piriou). Après la mise en retraite de La Capricieuse et de la Gracieuse cette année, la Marine nationale ne disposera plus que de deux P400. Basées en Nouvelle-Calédonie, La Glorieuse et La Moqueuse doivent rester en service jusqu’en 2020 au moins, leur succession étant prévue dans le cadre du futur programme BATSIMAR.

Longs de 54.8 mètres pour une largeur de 8 mètres et un déplacement de 480 tonnes en charge, les patrouilleurs du type P400 peuvent atteindre 23 nœuds, leur équipage étant de 30 marins. L'armement est constitué d'un canon de 40mm, un canon de 20mm et des mitrailleuses. 

 

Le canon de 40mm de La Capricieuse (© MARINE NATIONALE)

Le canon de 40mm de La Capricieuse (© MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française