Marine Marchande
La CGT dénonce les licenciements dans le secteur pétrolier

Actualité

La CGT dénonce les licenciements dans le secteur pétrolier

Marine Marchande

Alors que la loi Leroy, entrée en vigueur en début d'été, permet d'étendre les obligations de pavillonnement français aux navires chimiquiers, le secteur pétrolier français ne semble pas encore en profiter en termes de recrutements. La CGT, très impliquée dans l'ensemble du processus d'extension de la loi de 1992, fait part de son désarroi dans un communiqué dont voici le verbatim. 

« Dans la loi dite "loi Leroy" il était prévu une modification de la loi de 1992 avec la constitution d’une flotte de pétroliers et chimiquiers pour les produits raffinés navires sous pavillons français, voir la création d’une flotte stratégique. Les pétroliers et les stockeurs se séparent des officiers et personnels d’exécution français, ce faisant, ils vont détruire toutes leurs compétences et un savoir faire que nous ne retrouverons jamais Ce que nous constatons, avec la nouvelle mouture de la loi 92, c’est une arrivée de VLCC de 400 000 tonnes (peu de navires donc peu d’emploi) alors que la CGT demande, depuis des mois, la création d’une flotte d’une quarantaine de navires de 25 à 50 000 tonnes sous pavillon français, afin d’assurer l’approvisionnement en produits énergétique et stratégiques de la France et des français tant sur le plan militaire que civil (navires militaires, pompes à essence…). Tous les approvisionnements en produits pétroliers de notre pays se font par ces gros navires. Bien évidemment, ils sont armés sous pavillons de complaisance avec des équipages cosmopolites dont la plupart sont complètements exploités, car -à ce jour- nous n’avons pas la possibilité d’avoir des navires de ce type sous pavillon métropolitain. Les pétroliers, les grandes surfaces et les stockeurs se moquent éperdument des conditions d’emplois, de vie et de travail des marins sous ces pavillons.

De surcroit, que la nation soit dépendante d’un pays tiers ne les marque pas plus, du moment qu’ils puissent engranger encore plus de bénéfices. Les belles promesses du candidat Hollande en 2012 pour le maritime, alors qu’il présentait une flotte française forte, tant en termes de navires que d’emplois, ne se sont traduites, au terme de son mandat, que par une liquidation de la flotte de transport de matières énergétiques sous pavillon français. Cette politique dévastatrice aura un effet désastreux sur les postes des officiers et des marins français, grâce à un ministère beaucoup plus intéressé par la protection de la nature que par l’emploi et le maintien d’une compétence et d’un savoir-faire des officiers et marins nationaux reconnue dans le monde ». 

Divers marine marchande