Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Actualité

La Chine et la Corée du Sud inquiètent les chantiers et les armateurs européens

Marine Marchande

La Chine est engagée dans un important processus de consolidation de son secteur maritime avec le rachat d’OOCL par COSCO et l’ambitieux programme d'unités neuves de ce dernier. De même, les chantiers chinois sont toujours plus compétitifs sur le segment de la construction de porte-conteneurs et ont des vues sur le marché des paquebots, jusque là chasse gardée des Européens. De quoi inquiéter sérieusement les acteurs européens.

Ces derniers sont aussi très méfiants vis-à-vis de la Corée du Sud. Elle suit un modèle interventionniste similaire. En mars dernier, le gouvernement soutenait un plan national à 5 ans, destiné à soutenir financièrement la construction de 200 navires, dont 140 vraquiers et 60 porte-conteneurs. Des mesures protectionnistes en direction des navires battant pavillon coréen sont également prévues par ce même plan.

L’une des premières manifestations visibles de cette politique est le développement de Hyundai Merchant Marine. Le premier armateur du pays vient en effet de signer fin septembre le contrat pour 20 super porte-conteneurs. Ce projet élaboré depuis quelques mois est estimé à 2.82 milliards de dollars. Les trois principaux constructeurs coréens se répartissent la charge de travail. Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering et Samsung Heavy Industries s’occuperont de respectivement 7 et 5 mastodontes de 23.000 EVP quand dans le même temps Hyundai Heavy Industries fabriquera 8 navires de 15.000 EVP.

La force cumulée de ces puissances asiatiques fait réagir les responsables européens. La Commission européenne, par la voix de la commissaire Cecilia Malmström, prévient que l’Europe défendra son secteur maritime contre des politiques économiques jugées déloyales. Une sortie saluée par l’European Shipyards and Maritime Equipment Association (SEA Europe) et l’European Community Shipowners’ Associations (ESCA). La première défend les intérêts des chantiers et équipementiers navals, la seconde ceux des armateurs. Les deux organes appellent conjointement à des mesures de protection du secteur maritime européen dans une déclaration commune du 5 octobre dernier. Ce qui pourrait aussi passer, on ne peut s'empêcher de le rappeler, par une plus grande discipline de certains de leurs membres qui contribuent bel et bien à soutenir la montée en puissance de la concurrence asiatique. 

 

 

Divers marine marchande