Défense
La Chine et son vif intérêt pour les porte-avions

Actualité

La Chine et son vif intérêt pour les porte-avions

Défense

Lors d'une interview accordée le 25 octobre au site Internet du gouvernement chinois, repise par le Quotidien du Peuple, le Directeur Général du Bureau d'Etat de la navigation a estimé que le développement de la construction navale chinoise permettrait au pays d'être progressivement en mesure de réaliser des porte-avions. « La Chine dont les eaux territoriales s'étendent à plus de 3 millions de kilomètres carrés est sans nul doute un grand pays maritime. Avec la croissance rapide de son industrie de construction navale, elle sera capable petit à petit de construire ce genre de bâtiment de guerre », a déclaré Sun Laiyan. Bien que la politique de l'armée populaire reste défensive, la marine a pris, ces dernières années, une importance considérable, érigée au rang de priorité par Pékin. De la formation côtière des années 90, petite et mal équipée, la flotte chinoise aligne désormais de puissantes forces de haute mer.

Désormais la troisième marine du monde

Désormais troisième flotte mondiale, elle alignait, début 2006, environ 800.000 tonnes de navires, dont 80 sous-marins et 344 bâtiments de combat, dont 28 de plus de 2000 tonnes. A titre de comparaison, la Grande-Bretagne ne dispose plus que d'un peu plus de 450.000 tonnes de navires et la France 320.000 tonnes. Outre les nombreux programmes de sous-marins, de destroyers, de frégates et de navires amphibies (qui sont désormais une centaine), la Chine s'intéresse depuis quelques années au porte-avions, outil de projection de puissance par excellence. Elle a notamment racheté l'ex-Varyag, le sistership du Kuznetzov russe, resté inachevé après la chute de l'URSS. Arrivé à Dalian en 2002, le navire ferait l'objet de travaux, laissant imaginer un possible achèvement. Par ailleurs, Pékin envisage la construction de deux porte-avions de 48.000 tonnes. Ces bâtiments, qui mettraient en oeuvre des avions russes construits sous licence (Su-27 Flanker notamment), pourraient rallier la flotte chinoise à l'horizon 2015.
__________________________________________

-Voir notre dossier sur le développement de la marine chinoise

Marine chinoise Marine chinoise