Défense
La Chine exhorte la France à ne pas participer à la modernisation des frégates taïwanaises
ABONNÉS

Actualité

La Chine exhorte la France à ne pas participer à la modernisation des frégates taïwanaises

Défense

Petite passe d’armes diplomatique cette semaine entre Paris et Pékin autour d’un vieux sujet de discorde, celui des six frégates furtives livrées dans les années 90 à Taïwan dans le cadre du programme Bravo. Mardi, la Chine a exhorté la France à annuler un contrat porté par Défense Conseil International (DCI) afin de moderniser des équipements embarqués sur ces bâtiments. Un marché qui selon Pékin pourrait nuire aux relations sino-françaises. Une demande balayée par Paris. « Face à la crise du Covid-19, toute notre attention et tous nos efforts doivent être focalisés sur la lutte contre la pandémie », a simplement rétorqué le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Des sources diplomatiques interrogées par Mer et Marine précisent : « Dans le cadre de la déclaration franco-chinoise de 1994, la France met en œuvre la politique d’une seule Chine et continue d’appeler au dialogue entre les deux rives du détroit. La France respecte strictement dans ce contexte les engagements contractuels qu’elle a formés avec Taiwan et n’a en rien changé sa position depuis 1994 ». 

L’affaire n’est pourtant pas énorme. Il ne s’agit en effet pas de vendre des systèmes d’armes (les seuls missiles français vendus à Taipei sont les Mica équipant les Mirage 2000 achetés en 1992 par les forces aériennes taiwanaises), mais simplement de moderniser les deux lance-leurres antimissile Dagaie Mk2 dont les frégates sont dotées depuis leur départ de France il y a plus de 20 ans. Des systèmes développés par Safran (lanceurs) et équipés de leurres produits par une autre société française, Lacroix. Cette rénovation a été dévoilée par les autorités taiwanaises en avril, le montant de l’opération étant annoncé à un peu moins de 25 millions d’euros.

 

La frégate Kangding (© ROC NAVY)

La frégate Kangding (© ROC NAVY)

 

Pas de quoi donc, à priori, provoquer un incident