Défense
La Chine lance son premier porte-hélicoptères

Actualité

La Chine lance son premier porte-hélicoptères

Défense

La cérémonie de lancement du premier porte-hélicoptères d’assaut chinois s’est déroulée le 25 septembre au chantier Hundong-Zhonghua (groupe CSSC) de Shanghai. Du type 075, ce bâtiment d'environ 250 mètres de long pour 30 mètres de large affichera un déplacement d'au moins 35.000 tonnes en charge. D’un gabarit proche des LHD du type Wasp de l’US Navy, il pourra mettre en œuvre une trentaine d’hélicoptères lourds et des engins de débarquement (dont la version chinoise du LCAC américain), avec une importante capacité de transport de troupes, de véhicules et de matériel. La marine chinoise ne dispose cependant pas à ce stade d’avions à décollage court et appontage vertical, ou encore de convertible comme le MV-22 Osprey pour l’équiper.

Deux autres unités du même type devraient être mises à l’eau en 2020 et 2021.

Ces porte-hélicoptères d’assaut vont venir renforcer les capacités de projection amphibie et aéromobiles de la Chine, qui a sensiblement musclé ses moyens dans ce domaine ces dernières années. Elle aligne notamment cinq grands transports de chalands de débarquement du type Yuzhao (071), navires de 210 mètres de long pour plus de 17.500 tpc mis en service entre 2008 et 2019. Deux autres ont été mis à l'eau en 2018.

Parallèlement, la marine chinoise poursuit le développement de sa force aéronavale, non sans apparemment rencontrer quelques difficultés ce qui est logique compte tenu de la complexité d’un tel outil. Après avoir mis en service en 2012 son premier porte-avions, le Liaoning (ex-Varyag russe achevé à Dalian), le premier bâtiment conçu et réalisé par le pays a été mis à l’eau en avril 2017 et a débuté ses essais au printemps 2018. Ce porte-avions du type 001A, évolution du Liaoning, mesure 315 mètres de long pour une largeur maximale de 75 mètres et un déplacement devant approcher les 70.000 tonnes en charge. Le Shangdong devrait pouvoir mettre en œuvre une quarantaine d’avions et d’hélicoptères.

Doit  suivre une nouvelle série de deux porte-avions plus grands du type 002 (estimations de 320 mètres pour 80.000 tpc et une soixantaine d’aéronefs), qui seront cette fois dotés de catapultes (peut-être électromagnétiques). Le premier, en cours de construction à Shanghai, devrait être mis à l’eau à partir de 2020.

Et ce programme n’a même pas encore vu le jour que Pékin travaille déjà sur un projet de porte-avions à propulsion nucléaire et catapultes de plus de 100.000 tpc. Ces unités seraient donc d’un gabarit équivalent voire plus important que leurs homologues américains des classes Theodore Roosevelt et Gerald R. Ford, qui détiennent le titre de plus grands bâtiments de guerre de l’histoire. Au final, au moins six porte-avions chinois pourraient être à la mer à l’horizon 2030.

 

Marine chinoise