Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La Chine « officialise » la construction de son second porte-avions

Défense

La nouvelle circule depuis plus de deux ans et était revenue sur le devant de la scène en 2014 suite à une indiscrétion d’un officiel chinois puis la communication d’un contrat obtenu par un fournisseur. Cette fois, la construction d’un second porte-avions chinois est pour ainsi dire officialisée par la marine chinoise. « Comme certains médias l'ont révélé, c'est ce que nous faisons : nous construisons le deuxième porte-avions », a déclaré un officier de marine enseignant à l’Université de la Défense nationale chinoise. Liang Fang, dont les propos sont repris par l’AFP, explique que la Chine a « accumulé beaucoup d’expérience » avec le Liaoning. La coque de l’ex-Varyag soviétique, resté inachevé suite à l’effondrement de l’URSS, avait été rachetée par la Chine en 2000 et remorquée à Dalian en 2002. Les travaux d’achèvement avaient repris trois ans plus tard, le porte-avions étant livré à la marine chinoise en 2012. Depuis, ce bâtiment de 304 mètres de long et 60.000 tonnes de déplacement en charge enchaine les entrainements avec le reste de la flotte et surtout son groupe aérien embarqué. Celui-ci devrait pouvoir comprendre jusqu’à 40 aéronefs, dont des chasseurs bombardiers J10 et des intercepteurs J15 (version chinoise du Su-33 russe), voire, dit on, le nouvel avion de combat furtif J18. « Nous avons importé le premier porte-avions afin d'être capables par la suite de construire le nôtre », a commenté Liang Fang.

 

 

Aucune précision n’a été apportée quant aux caractéristiques du second porte-avions chinois. En toute logique, il sera dérivé du Liaoning. Différentes sources annoncent un bâtiment légèrement moins long (285 mètres) mais plus gros (64.000 tonnes) avec un parc aérien comprenant une petite quarantaine d’aéronefs. Ces caractéristiques devront néanmoins être confirmées.

En janvier 2014, le patron du parti communiste de la province de Liaoning avait été le premier officiel chinois à révéler que le second porte-avions était en construction à Dalian et que son assemblage prendrait six ans. Il avait aussi confirmé l’ambition de la Chine de se doter de deux autres porte-avions, soit quatre en tout. En décembre 2013, les militaires taïwanais avaient affirmé que deux bâtiments étaient en fait en chantier, l’un à Dalian et l’autre près de Shanghai. Alors que ces deux unités devraient être mises en service d’ici 2020, Pékin pourrait opter pour une propulsion nucléaire avec le quatrième porte-avions. Prévu pour être opérationnel au cours de la prochaine décennie, ce bâtiment pourrait être développé sur la base des plans de l’Ulyanovsk russe (300 mètres, 85.000 tonnes), mis sur cale en 1988 et abandonné en 1991 après la fin de l’URSS. 

Marine chinoise