Construction Navale
La Chine veut devenir leader de la construction navale à l'horizon 2015

Actualité

La Chine veut devenir leader de la construction navale à l'horizon 2015

Construction Navale

Les chantiers chinois semblent rattraper très vite leurs concurrents coréens, numéro 1 mondial de la construction navale. Selon l'institut britannique Clarkson, l'ensemble des navires construits en Chine sur 2007 a représenté quelques 16 millions de tonnes de port en lourd, soit 30% de plus que l'année précédente. En un an, la production des chantiers chinois est passée de 18 à 23% du total mondial. Si les Sud-Coréens restent en tête de ce secteur avec 35.7% du tonnage construit, suivis des Japonais (34.29%), la progression de la production chinoise est spectaculaire. Selon Pékin, le pays aurait d'ailleurs pris en 2007 l'ascendant sur ses voisins asiatiques en matière de commandes, avec plus de 98 millions de tonnes de port en lourd. Pour Clarkson, la Chine a engrangé 42% de l'ensemble des commandes passées l'an dernier. Les statistiques officielles annoncent un carnet de commandes à 159 millions de tpl à fin décembre 2007.
Proposant une main d'oeuvre meilleur marché que ses concurrents coréens, la Chine se positionne sur les navires de charge, les porte-conteneurs mais, aussi, des bateaux plus complexes. Ainsi, le 29 décembre 2005, le premier méthanier de construction chinoise a été lancé aux chantiers Hudong-Zhonghua de Shanghai. Ce navire de 292 mètres, construit avec l'aide technique d'Aker Yards, pourra transporter 147.200 m3 de gaz liquéfié.
D'autres groupes français sont également implantés en Chine. C'est le cas notamment de Jaccar, la holding de Jacques de Chateauvieux, actionnaire des chantiers Sinopacific de Dayang. Ces derniers ont livré en février le Bourbon Liberty 101, premier d'une série de 78 navires construits pour BOURBON.