Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

La construction du nouveau navire hydrographique belge va pouvoir débuter

Défense
Science et Environnement

Annoncé l’hiver dernier par le gouvernement belge, le programme de remplacement du navire hydrographique Belgica est sur les rails. Après 8 mois d'études, le chantier espagnol Freire, retenu en décembre 2017 pour réaliser le futur bâtiment, vient de signer avec Rolls-Royce le contrat portant sur son design définitif et la fourniture d’équipements. 

Du type UT 844 WP, conçu par les bureaux d’études norvégiens de Rolls-Royce, le navire va ainsi pouvoir être mis en chantier. La construction durera 20 mois, la livraison étant prévue à l'automne 2020. Long de 69 mètres pour une largeur de 16 mètres et un tirant d'eau de 4.8 mètres, il est conçu pour opérer dans différentes régions, non seulement en mer du Nord, mais aussi en Atlantique, Médterranée et même vers l'Arctique, sa coque étant classée glace. 

Pouvant accueillir 40 personnes, dont 28 pour l’équipe scientifique, il comptera plus de 400 m² de laboratoires (trois secs, un humide) et salles de traitement des données. Le successeur du Belgica pourra effectuer des mesures et prélèvements jusqu’à 5000 mètres de profondeur, l'un de ses sondeurs multifaiseau, l'EM304, pouvant même travailler jusqu'à 8000 mètres. En plus des équipements et senseurs traditionnels, le bateau sera capable de mettre en œuvre des robots télé-opérés ainsi que des drones. Il sera à même de conduire des études dans les domaines de la géologie avec des moyens sismiques, de la sédimentologie, de la recherche halieutique, de la biologie, de la chimie, de l’océanographie et de la météorologie (voir le détail précis des équipements). Capable de dépasser la vitesse de 13 noeuds, le navire offrira une autonomie d'un mois et est conçu pour naviguer jusqu'à 300 jours par an. 

 

Vue du successeur du Belgica 

Vue du successeur du Belgica (© : ROLLS-ROYCE)

 

Côté technique, Rolls-Royce, en plus du design, fournira les équipements de production d’énergie et propulsion, dont un système Promas, les automates de contrôle et un système de positionnement dynamique DP2. Le navire sera doté de deux propulseurs à l'arrière et deux autres à l'avant. 

Grâce à cette nouvelle unité hydro-océanographique, qui représente un investissement de plus de 54 millions d'euros, la Belgique disposera d’un outil moderne pour l’étude de la mer et la cartographie des fonds marins, avec des capacités supérieures à celles offertes par le Belgica, navire de 51 mètres mis en service en 1984.

Son successeur ne reprendra finalement pas ce nom, qui était celui du bateau de l'explorateur belge Adrien de Gerlache (1866-1934) , trois-mâts à bord duquel une expédition scientifique fut lancée en 1897 vers l'Antarctique. Un concours va être organisé dans les écoles de Belgique afin de déterminer un nouveau nom, qui devrait être connu en mars 2019. 

 

Le Belgica 

Le Belgica (© : MARINE BELGE)

Le Belgica 

Le Belgica (© : MARINE BELGE)

 

 

Marine belge