Défense
La construction du nouveau SNLE français devrait débuter en 2020
ABONNÉS

Actualité

La construction du nouveau SNLE français devrait débuter en 2020

Défense

En plus des sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) du type Barracuda, le site Naval Group de Cherbourg se prépare, dans deux ans, au lancement de la construction du premier des quatre nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) destinés à la flotte française. « Nous prévoyons toujours un lancement de réalisation de la troisième génération en 2020 pour admission au service actif dans les années 2030 », a récemment indiqué l’amiral Prazuck, chef d’état-major de la Marine nationale. 

Connu sous le nom de SNLE 3G, ce programme verra donc la construction par la France d’une troisième génération de SNLE, après celle des six Redoutable (première patrouille en 1972), auxquels ont succédé les quatre Triomphant. Pour mémoire, ces derniers sont entrés en service en 1996 (Le Triomphant), 1999 (Le Téméraire), 2004 (Le Vigilant) et 2010 (Le Terrible), les trois premiers étant mis à niveau du quatrième, équipé dès l’origine d’un nouveau système de combat et de missiles balistiques M51, remplaçant les M45 de ses aînés. Le dernier des trois premiers SNLE transformés, Le Téméraire, doit reprendre du service en 2018. Longs de 138 mètres et affichant un déplacement de plus de 14.000

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense