Construction Navale
La construction navale en Extreme-Orient : transformation d'une industrie porteuse

Actualité

La construction navale en Extreme-Orient : transformation d'une industrie porteuse

Construction Navale

Ils dominent successivement la construction navale depuis les années 1950, le Japon, la Corée du Sud et la Chine sont des figures incontournables de cette industrie. Sans remettre en cause leur statut de leaders mondiaux, la crise de 2008 et les années qui l'ont suivie ont amené énormément de changements pour tous les chantiers navals du monde entier. Dans un contexte mondial de chutes des commandes, leur guerre de compétitivité s'est caractérisée par des déplacements d'activité sur des secteurs porteurs (mais gourmands en ressources et savoir-faire), soutenus par des institutions financières dévouées à la sauvegarde de cette industrie. Restructurations et fusions ont également eu leur rôle à jouer dans cette course à l'hyper-spécialisation des chantiers navals asiatiques. Elles ont aussi permis de s'engager davantage sur la voie de l'ecoshipping, qui semble être un nouvel eldorado pour la construction maritime mondiale

LIRE LA NOTE DE L'ISEMAR SUR LA CONSTRUCTION NAVALE EN EXTREME-ORIENT

 

_______________________________________________

 


L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pole unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un formidable outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire. Soutenu par la ville de Saint-Nazaire, Nantes Métropole, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire et l'Union maritime locale, L'ISEMAR, s'il reste ancré dans l'estuaire de la Loire, s'adresse à l'ensemble de la communauté maritime nationale et européenne.


- Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR

Les analyses de l'ISEMAR