Construction Navale
La construction navale renaît à Etaples

Actualité

La construction navale renaît à Etaples

Construction Navale

Installé dans l’ancienne forge Caloin, à Etaples, le chantier Socarenam Côte d’Opale a été officiellement inauguré mercredi à l’occasion de la mise à l’eau d’une vedette destinée au futur terminal méthanier de Dunkerque. C’est en avril dernier que la reprise par le constructeur boulonnais du site, devenu bâtiment communal après la fermeture de l’ancien chantier en 1993, avait été annoncée.

 

Le chantier d'Etaples (© SOCARENAM)

Le chantier d'Etaples (© SOCARENAM)

 

Près de vingt ans après l’achèvement du dernier bateau de la forge Caloin, la construction navale renait donc dans le port étaplois. Une reprise inaugurée avec deux nouvelles vedettes conçues par le bureau d'architecture Pierre Delion. D’une longueur de 12 mètres et conçues pour le transport de pompiers, elles ont été commandées par EDF pour le terminal Dunkerque LNG, dont la mise en service est prévue à la fin de l’année. La première, La Vigilante, a été mise à flot le 10 décembre et la seconde, La Dévouée, l’a été mercredi. Réalisées en aluminium, elles doivent être livrées d’ici la fin du mois.

 

La vedette La Vigilante (© SOCARENAM)

La vedette La Vigilante (© SOCARENAM)

 

Une vingtaine de vedettes pour la marine

 

Et la reprise se confirme puisque Socarenam Côte d’Opale va réaliser les nouvelles vedettes de liaison (VLI) de la Marine nationale. Notifié en décembre, ce programme porte sur une vingtaine d’unités de 16 mètres, dont une première tranche ferme de 10 VLI, livrables en 2016. « Socarenam est très fier de relancer la construction navale à Etaples et de pouvoir pérenniser cette activité grâce à ce nouveau contrat, qui apporte trois ans de travail », se félicite Thomas Buffier, responsable du chantier. Si toutes les options du programme VLI sont confirmées, la visibilité du site s’étendra en effet jusqu’en 2018. Cette commande constitue en tous cas un beau challenge, tant sur le plan technique que sur les délais de réalisation des vedettes. Ce qui va entrainer une montée en puissance des effectifs, qui devraient passer d’une demi-douzaine à une quinzaine de salariés. « Nous allons embaucher et c’est une excellente nouvelle pour Etaples et ce site, qui a été un grand chantier et que nous faisons renaître ».

 

Vue des futures vedettes de liaison (© PIERRE DELION ARCHITECTE)

Vue des futures vedettes de liaison (© PIERRE DELION ARCHITECTE)

 

Caloin, une institution créée au milieu du XIXème siècle

 

Véritable institution, la forge Caloin, fondée en 1848 par un charpentier de marine, s’est rendue célèbre dans le domaine de la pêche. « Dans les années 50, le chantier faisait des ferronneries pour les chalutiers en bois puis il a été le premier à réaliser des chalutiers en acier », explique Thomas Buffier. En tout, une centaine de bateau de pêche a vu le jour chez Caloin, dont certains réalisés en kits et montés à l’étranger. Malgré ces succès, l’entreprise familiale fut confrontée à d’importantes difficultés financières, entrainant un arrêt de l’activité en 1989. La reprise par les salariés se soldera par un échec en 1993, tout comme une tentative de relance via une nouvelle structure, les Ateliers et Chantiers d’Etaples. Dans ces conditions, la navale s’arrêtera à Etaples à la fin des années 90.

 

La Vigilante et La Dévouée en construction à Etaples (© SOCARENAM)

La Vigilante et La Dévouée en construction à Etaples (© SOCARENAM)

 

Complémentaire de Boulogne sur les petites unités

 

Aujourd’hui, l’ex-chantier Caloin vient compléter l’outil industriel de Socarenam, à commencer par son principal site, à Boulogne-sur-Mer.  Alors que ce dernier se consacre aux gros navires, jusqu’à une soixantaine de mètres, Côte d’Opale permet au constructeur de se repositionner sur les petites unités, typiquement de 10 à 18 mètres. Des tailles de bateaux adaptées aux bâtiments mais aussi aux contraintes liées aux limites de tirant d’eau, Etaples étant un port d’échouage. « Nous pouvons travailler sur tout type de navires, que ce soit dans le domaine de la servitude, du transport, de la pêche ou encore du militaire. Pour le moment, nous réalisons les bateaux en aluminium mais nous serons capables, si besoin, de faire des coques en acier ». Et aussi, le cas échéant, d’intervenir en soutien de Boulogne via, par exemple, la réalisation de blocs qui seraient ensuite transférés par la route.

 

Le catamaran de recherche Bibby Athena (© SOCARENAM)

Le catamaran de recherche Bibby Athena (© SOCARENAM)

 

Activité intense pour le groupe Socarenam

 

Alors que Socarenam dispose aussi d’un chantier à Saint-Malo (ex-site de Gamelin repris en 2009) et est implanté à Calais et Dunkerque, le constructeur boulonnais emploie aujourd’hui 220 personnes. Son plan de charge comprend notamment le catamaran de recherche Bibby Athena, un bateau de 27.5 mètres dont la livraison au groupe britannique Bibby Line va intervenir tout prochainement. Dans le domaine militaire, où Socarenam souhaite se renforcer, le chantier de Boulogne achève actuellement le Pollux, second d’une série de deux patrouilleurs de 54 mètres commandés par la Belgique, qui sera livré au printemps. Il sera suivi d’une unité dérivée pour la Douane française, en cours de construction et dont l’achèvement est prévu d’ici l’été. Socarenam vient également d'enregistrer la commande, pour la marine française, de deux patrouilleurs de 60 mètres, les PLG, qui seront livrés en 2016 et 2017 (voir notre article à ce sujet). 

 

Le patrouilleur belge Castor (© CMB)

Le patrouilleur belge Castor (© CMB)

 

Parallèlement, l'entreprise mise beaucoup sur son activité traditionnelle dans la pêche. En plus d’un chalutier de 25 mètres livrable fin 2015 à l’armement breton Porcher, le constructeur a débuté la réalisation d’Arpège, démonstrateur de bateau de pêche du futur (voir notre article détaillé). Ce chalutier innovant, dont la mise en service est prévue en 2016, bénéficie des Investissements d’Avenir dans le cadre du programme Navires du Futur. Son objectif est de développer une nouvelle référence pour l’industrie de la pêche, avec des bateaux plus économiques, plus sûrs et plus respectueux de l’environnement.

 

Le chalutier innovant Arpège (© BUREAU MAURIC)

Le chalutier innovant Arpège (© BUREAU MAURIC)

 

Enfin, toujours dans le cadre du programme Navires du Futur, Socarenam va lancer la construction du catamaran Windkeeper. Ce projet, porté par CNIM et sur lequel le chantier boulonnais intervient en sous-traitance, vise à développer une nouvelle génération de navires de soutien aux parcs éoliens offshore. Le démonstrateur Windkeeper adoptera une coque à faible surface de flottaison de type SWATH (Small Waterplane Area Twin Hull). 

 

Le navire de service à l'éolien offshore Windkeeper (© CNIM)

Le navire de service à l'éolien offshore Windkeeper (© CNIM)

Socarenam