Construction Navale
La coque de l’Astrolabe arrive à Concarneau

Actualité

La coque de l’Astrolabe arrive à Concarneau

Construction Navale

Avec un peu de retard, la mauvaise météo de la semaine qui s’est écoulée ayant entrainé la mise à l’abri du convoi en Angleterre, la coque du patrouilleur polaire L’Astrolabe est arrivée hier à Concarneau. Réalisée par le chantier polonais Crist, qui a travaillé en sous-traitance de Piriou, elle a été remorquée depuis Gdansk et va désormais être armée. L’aspect extérieur du navire, qui a l’air terminé, est en effet trompeur. Un travail considérable reste encore à mener : électricité, machine, équipements de pont, navigation, aménagement des locaux, vie et des espaces techniques… Piriou assurera ensuite la mise en service progressive des systèmes puis les essais, d’abord à quai et ensuite en mer. Il va néanmoins falloir aller vite puisque L’Astrolabe doit être livré cet été.

D’un coût de 50 millions d’euros, le navire, d’une longueur de 72 mètres pour une largeur de 16 mètres, est réalisé dans le cadre du programme Polar Logistic Vessel (PLV). Il remplacera le patrouilleur austral Albatros de la Marine nationale, retiré du service il y a un an, ainsi que le navire logistique dont il va reprendre le nom, affrété auprès de P&O et qui assure depuis 1988 le ravitaillement des bases antarctiques française.

 

(© : PIRIOU - MARINE ASSISTANCE)

(© : PIRIOU - MARINE ASSISTANCE)

 

Propriété de l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), le nouvel Astrolabe sera armé par deux équipages de la Marine nationale, qui se relaieront à bord afin d’augmenter l'utilisation du navire. Le patrouilleur polaire effectuera des missions à la fois régaliennes (surveillance des zones économiques exclusives françaises de l’océan Indien) et logistiques au profit des TAAF et de l’Institut Polaire Paul-Emile-Victor (ravitaillement des bases antarctiques de Dumont d’Urville et Concordia notamment).

L’Astrolabe pourra accueillir jusqu’à 60 personnes, transporter 1200 tonnes de fret et embarquer un hélicoptère. Il est doté d’une coque brise-glace afin de pouvoir évoluer jusqu’en Antarctique à travers le « pack », c'est-à-dire la banquise ou des plaques de glace dérivantes.

 

Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton