Divers
La côte atlantique balayée par la tempête

Actualité

La côte atlantique balayée par la tempête

Divers

Une tempête comparable aux ouragans qui ont ravagé la France en 1999. C'est ainsi qu'est présentée Klaus, qui a balayé ce week-end le littoral atlantique et, plus particulièrement, le Sud-Ouest. De l'Aquitaine au Languedoc-Roussillon, les rafales ont atteint 150 à 180 kilomètres par heure. Le vent a provoqué de très importants dégâts sur les infrastructures, les massifs forestiers et les habitations. En tout, un million de foyers ont été privés d'électricité ce week-end, 800.000 l'étant encore hier soir. Au bilan matériel s'ajoute également six décès, soit trois dans le département des Landes, deux en Dordogne et un en Gironde.
Sur le littoral, de gros dommages sont signalés, notamment dans les ports de plaisance où de nombreux bateaux ont rompu leurs amarres. Dans le golfe de Gascogne, la plupart des navires s'étaient mis à l'abri suite à l'alerte météo. La préfecture maritime de l'Atlantique et les autorités espagnoles ont fait appareiller deux remorqueurs pour assister deux bateaux en difficulté. Basé à La Rochelle, l'Abeille Languedoc a rejoint samedi le Provalys, de Gaz de France, qui naviguait alors au large d'Arcachon. Devant faire face à un problème sur sa ligne d'arbres, le méthanier français a été accompagné jusqu'au port de Montoir, qu'il a atteint hier. Dans le même temps, un remorqueur d'intervention basé à Bilbao, en Espagne, mettait le cap vers le vraquier libérien Lipica. Transportant 27.000 tonnes de charbon, le navire « peinait à s'écarter des côtes landaises malgré la pleine puissance de ses moteurs », explique la préfecture maritime de l'Atlantique.
Bien que les vents ont été moins puissants, on notera également qu'en dehors du Sud-Ouest, le reste du littoral atlantique a été touché par les intempéries. Deux vedettes ont notamment coulé à l'Ile-aux-Moines et de l'Ile d'Arz suite aux fortes rafales qui ont soufflé sur la Bretagne dans la nuit de vendredi à samedi.