Marine Marchande
La Cour des Comptes épingle la ligne Dieppe-Newhaven

Actualité

La Cour des Comptes épingle la ligne Dieppe-Newhaven

Marine Marchande

Dans leur rapport annuel, les magistrats de la Cour des Comptes épinglent la ligne maritime Dieppe-Newhaven. Selon eux, cette liaison a fait perdre quelques 128 millions d'euros au Conseil général de Seine-Maritime, depuis que celui-ci a repris la ligne en 2001. Il s'agissait, à l'époque, de répondre au retrait de la compagnie P&O Stena Line, qui assurait jusque là ce service. Selon les élus locaux, la mort de la liaison aurait, en effet, eu de graves conséquences pour l'économie et l'emploi. Toutefois, le maintient de la rotation s'est transformé en gouffre financier. « Le département assume seul les très lourdes conséquences financières d'une décision de gestion qu'il a prise sans analyse sérieuse préalable », estime la Cour des Comptes. Après voir assuré la gestion directe de Transmanche Ferries et avoir financé la construction de deux nouveaux navires, le Conseil général a, en 2007, confié une délégation de service public à LD Lines, filiale de Louis Dreyfus Armateurs. Les magistrats rappellent néanmoins que le service Dieppe-Newhaven nécessite une subvention annuelle de 14.5 millions d'euros et ne croient guère dans une rentabilité de la ligne dans le futur.
Localement, on convient assez facilement que la ligne ne peut, en l'état actuelle des choses, être rentable. Afin de diminuer le coût financier, LD Lines a, notamment, proposé d'affréter l'un des deux ferries appartenant au Conseil général et sous-exploité en période hivernale. Dans quelques jours, ce bateau inaugurera une nouvelle liaison avec Douvres et Boulogne.

Transmanche Ferries