Croisières et Voyages

Reportage

A la découverte de l’Ocean Adventurer

Croisières et Voyages

Nous vous emmenons aujourd’hui à la découverte d’un traditionnel et très beau petit navire de croisière. Exploité par Quark Expeditions, l’Ocean Adventurer est un habitué des zones polaires, qu’il s’agisse de l’Arctique ou de l’Antarctique.

Long de 101 mètres pour une largeur de 16 mètres, il embarque seulement 132 passagers, servis par 87 membres d’équipage. Construit en Croatie en 1975, il a d’abord été exploité sous pavillon soviétique puis russe, jusqu’en 1997, sous le nom d’Alla Tarasova. C’était le premier d'une série de 8 navires destinés à Murmansk Shipping pour le service côtier de passagers au nord de la Russie. Cela explique que sa coque est renforcée pour la navigation dans les glaces. Parmi ses sisterships connus il y a les Lyubov Orlova ou encore le Mariya Yermolova.

L’Alla Tarasova a ensuite été vendu et transformé en 1997 pour la croisière. Pendant 15 ans, il a navigué en tant que Clipper Adventurer, avec notamment à son actif la traversée du passage du nord-ouest en 2009 dans le cadre d’un affrètement pour un opérateur canadien. Mais l’année suivante a bien failli lui être fatale. Le 27 août 2010, lors d’une croisière en Arctique, le navire heurte un rocher qui n'était pas indiqué sur ses cartes dans le golfe Coronation, au Nunavut. Les 128 passagers sont tous été transbordés sur le brise-glace Amundsen et conduits à Kugluktuk. Echoué, le Clipper Adventurer est dégagé le 14 septembre 2010 et remorqué jusqu'à Port Epworth, toujours au Nunavut. L'accident n’aura pas fait de blessé mais causé une légère pollution.

 

Le Clipper Adventurer en Antarctique fin 2011 (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Réparé, le navire reprend du service. En 2012, il change de mains et est rebaptisé Sea Adventurer, avant de devenir en 2017 Ocean Adventurer. Il connait alors sa plus importante remise à niveau, portant sur ses espaces publics et cabines, ainsi que les parties techniques, dont une remotorisation avec une nouvelle propulsion plus économe fournie par Rolls-Royce. Même au niveau structurel,  le bateau change, une jupe particulièrement imposante étant intégrée à la poupe. Six nouvelles cabines et trois suites ont par ailleurs été ajoutées, portant le nombre total de cabines à 65.

 

L'Ocean Adventurer avec sa jupe à la poupe (© FABIEN MONTREUIL)

 

Au final, ce navire très intime et cosy a su conserver un superbe cachet tout en étant modernisé pour conserver un maximum de confort et s’adapter à l’évolution des standards. Il comprend un restaurant, un bar, un espace polyvalent servant de salon et salle de conférence, une bibliothèque et une boutique. Le navire dispose de Zodiac pour les excursions en mers et vers les sites terrestres lors qu’il n’y a pas d’infrastructure portuaire. Des kayaks de mer sont aussi à disposition des passagers.

Passé en France en mai, à Cherbourg et Caen, l’Ocean Adventurer naviguera cet été au Spitzberg, puis vers l’Islande et le Groenland. Puis, en septembre, il franchira de nouveau, dans les deux sens, le passage du nord-ouest, avant de rejoindre l’Antarctique pour l’été austral.

 

L'Ocean Adventurer (© FABIEN MONTREUIL)

La passerelle de l'Ocean Adventurer (© FABIEN MONTREUIL)

 

 

A bord de l'Ocean Adventurer (© FABIEN MONTREUIL)

Le restaurant (© FABIEN MONTREUIL)

 

 

Salon (© FABIEN MONTREUIL)

 

 

L'Ocean Adventurer (© FABIEN MONTREUIL)

 

 

L'Ocean Adventurer (© FABIEN MONTREUIL)