Croisières et Voyages
A la découverte des îles Marquises avec l'Aranui 5

Reportages

A la découverte des îles Marquises avec l'Aranui 5

Croisières et Voyages
Marine Marchande

Les îles reculées des Marquises fascinent. A 1500 kilomètres de Tahiti, tous les mois, le cargo-mixte Aranui 5 de la Compagnie Polynésienne de transport maritime (CPTM) achemine des marchandises et accueille des croisiéristes pour leur faire découvrir l'archipel. L'Aranui 5 a effectué sa croisière inaugurale  le 17 décembre dernier, succédant à l'Aranui 3, qui assurait le service depuis 2003. Pour Mer et Marine, Noémie Debot-Ducloyer a fait le voyage. Embarquement... 

 

Les Marquises (© CPTM)

Les Marquises (© CPTM)

 

Face au centre-ville de Papeete, à Tahiti, l'Aranui 5 attend ses passagers. Venus de toute l'Europe, d'Australie, des Etats-Unis mais aussi de Polynésie, ils sont accueillis au son des ukulélé et des chants des animateurs du navire. La croisière de 14 jours proposée par la CPTM sur son nouveau fleuron, l'Aranui 5, est l'une des façons les plus originales de découvrir les Marquises, mais aussi Rangiroa et Takapoto (archipel des Tuamotu) et enfin Bora-Bora (archipel de la Société).

 

Takapoto, dans les Tuamotou (© NOEMIE DEBOT-DUCLOYER)

Takapoto, dans les Tuamotou (© NOEMIE DEBOT-DUCLOYER)

Bora Bora (© TAHITI TOURISME)

Bora Bora (© TAHITI TOURISME)

(© TAHITI TOURISME)

(© TAHITI TOURISME)

 

Des îles célèbres pour leurs forêts sauvages s'agrippant à d'imposantes montagnes, des plages de sable fin et des lagons de rêve avec leurs eaux translucides peuplées de poissons tropicaux. Mais ce voyage, c'est aussi la découverte des habitants et de la culture locale. 

Une aventure familiale débutée en 1959

La CPTM est une société familiale qui a démarré avec le grand père de l'actuel armateur, Philippe Wong, en 1959. A l'époque, l'Aranui était un caboteur qui acheminait des marchandises d'île en île pour les ravitailler. En 1984, les fils du grand-père Wong reprennent l'affaire. A cette époque, la compagnie doit se restructurer car le tonnage de marchandises chute. Afin de rentabiliser le voyage, la compagnie aménage des espaces pour les passagers. C'est ainsi que l'Aranui devient un cargo-mixte. Philippe Wong a succédé à son père, décédé en 2008 et dirige toujours les affaires avec son oncle, Jul-Chom Wong, 80 ans, qui a voulu construire son dernier bateau : l'Aranui 5.

 

Philippe Wong (en chemise verte) à bord de l'Aranui 5 (© NOEMIE DEBOT-DUCLOYER)

Philippe Wong (en chemise verte) à bord de l'Aranui 5 (© NOEMIE DEBOT-DUCLOYER)

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur