Défense
A la découverte du BSAH Seine

Reportage

A la découverte du BSAH Seine

Défense

La Seine, troisième des quatre nouveaux bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH) de la Marine nationale, a rallié son port base de Toulon le 19 novembre. L’occasion de découvrir cette nouvelle unité, qui rejoint sur la façade méditerranéenne la tête de série du programme, la Loire, admise au service actif en juillet dernier.

Comme ses sisterships, la Seine a vu le jour au chantier Piriou de Concarneau, d’où elle était partie une semaine auparavant. Mis à l’eau le 5 avril dernier, le bâtiment a connu sa première cérémonie des couleurs le 16 octobre, et du même coup sa première prise de commandement. L’équipage comprend 17 marins, avec à leur tête le capitaine de corvette Philippe Lory.

 

Le CC Philippe Lory, commandant de la Seine (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le CC Philippe Lory, commandant de la Seine (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)
 

A partir du mois de janvier, un second équipage sera affecté à la Seine et armera en alternance le bâtiment (tous les quatre mois) afin d’accroître sa disponibilité, faciliter la formation du personnel et les opérations de maintenance, mais aussi mieux organiser et sécuriser les permissions. C’est l’un des enjeux du développement du concept de double équipage au sein de la Marine nationale, qui souhaite ainsi répondre à l’accroissement des besoins opérationnels sans pour autant épuiser les équipages. De cette manière, les BSAH pourront assurer au moins 200 jours de mer par an.  

Longue de 70.3 mètres pour une largeur de 15.8 mètres et un tirant d’eau de 5 mètres, la Seine présente un déplacement de 2960 tonnes en charge.

 

Le BSAH Seine (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le BSAH Seine (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Inspirés des remorqueurs exploités à l’offshore, et dérivés des bâtiments multi-missions (B2M) dont ils constituent une version agrandie et adaptée aux emplois qui leurs sont dévolus, les BSAH sont des bâtiments très polyvalents, conçus pour accomplir trois missions principales.

D’abord le soutien des forces, avec par exemple l’accompagnement d’un sous-marin nucléaire d’attaque déployé Outre-mer ou à l’étranger, dans un port non équipé pour recevoir un SNA. A cet effet, les BSAH disposent notamment de deux défenses de grande taille pour permettre l’accostage à couple d’un sous-marin. Les BSAH ont également été dimensionnés pour pouvoir remorquer les plus grosses unités de la Marine nationale, qu’il s’agisse des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (138 mètres, 12.000 tonnes) ou du porte-avions Charles de Gaulle (261 mètres, 42.000 tonnes). Pour cela, ils disposent d’une capacité de traction au point fixe de 80 tonnes, avec un treuil principal permettant de déployer deux remorques longues de 1900 mètres.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton