Défense
La dernière FREMM italienne débute ses essais en mer
ABONNÉS

Actualité

La dernière FREMM italienne débute ses essais en mer

Défense

Mis à l’eau en début d’année au chantier Fincantieri de Muggiano, l’Emilio Bianchi a appareillé le 10 septembre de la baie de La Spezia pour débuter ses essais en mer. Il s’agit de la dixième et dernière unité du programme des frégates multi-missions (FREMM) italiennes.

 

(© GIORGIO ARRA)

(© GIORGIO ARRA)

(© GIORGIO ARRA)

(© GIORGIO ARRA)

 

A moins que ce bâtiment, ainsi que le neuvième de la série (Spartaco Schergat, qui doit entrer en service prochainement), soient comme l’évoquaient ces derniers mois la presse transalpine transférés à l’Egypte. Rome avait confirmé les discussions en vue de la vente à ce pays de deux frégates, mais aucune conclusion de contrat n’a depuis été annoncée. Le projet, tel qu’évoqué avant l’été, portait sur la cession de deux des FREMM de la Marina militare, avec une option pour la réalisation de deux unités neuves supplémentaires pour la marine égyptienne. Si cession des Emilio Bianchi et Spartaco Schergat il devait y avoir, la marine italienne comptait bien faire réaliser deux unités de substitution.

Le projet est-il en train de patiner ? Rien ne laisse supposer en tous cas que la transaction a été à ce stade conclue entre Rome et Le Caire. L’aspect extérieur de l’Emilio Bianchi est à ce titre révélateur puisque le bâtiment a bel et bien débuté ses essais tel qu’il doit être réceptionné par la Marina militare, livrée, nom et numéro de coque compris.

Tête de série italienne du programme FREMM, mené en coopération avec la France (qui fait construire de son côté huit bâtiments d'un modèle différent mais dotés d'équipements communs et a réalisé deux unités pour l’export), le Carlo Bergamini a été livré en 2013. Il a été suivi la même année par le Virginio Fasan, puis les Carlo Margottini (2014), Carabiniere (2015), Alpino (2016), Luigo Rizzo (2017), Federico Martinengo (2018) et Antonio Marceglia (2019). La neuvième unité de la série, baptisée Spartaco Schergat, devrait rejoindre le mois prochain la Marina militare.

Les FREMM italiennes sont des bâtiments de 144 mètres de long pour 19.7 mètres de large affichant un déplacement de près de 6900 tonnes en charge. Armées par 200 marins et capables d’atteindre 27 nœuds, ces frégates se déclinent en deux versions, l’une à vocation anti-sous-marine et l’autre dite d'emploi « général ».

La variante à dominante ASM se compose des Virginio Fasan, Carlo Margottini, Carabiniere et Alpino. Ces frégates sont dotées d’un sonar remorqué Captas 4, de quatre missiles anti-sous-marins Milas et de tubes pour torpilles MU90, auxquels s’ajoutent 16 missiles surface-air Aster, deux tourelles de 76 mm, deux canons de 25 mm et quatre missiles antinavire Otomat Mk2.

Les autres frégates ont plutôt comme vocation l’action vers la terre. Elles disposent d’une pièce de 127 mm à l’avant et une de 76 mm sur le toit du hangar à l’arrière. Les bâtiments sont aussi équipés de huit missiles antinavire Otomat (mais pas de Milas) ainsi qu'un système de mise à l’eau pour embarcations rapides par le tableau arrière, en lieu et place du sonar remorqué des FREMM anti-sous-marines.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Marine Italienne | Toute l'actualité de la Marina Militare Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien