Défense
La DGA officialise la commande des B2M

Actualité

La DGA officialise la commande des B2M

Défense

La commande des nouveaux bâtiments multi-missions de la Marine nationale a été officialisée hier. Le contrat a été notifié par la Direction Générale de l’Armement (DGA) le 30 décembre à Piriou et DCNS. Le ministère de la Défense a donné sa préférence à l’offre des deux industriels, engagés dans une très vive compétition avec deux autres groupements franco-français : d’un côté le Cherbourgeois CMN allié à STX France (via sa division Services et son site de Lorient) et, de l’autre, le chantier Socarenam de Boulogne-sur-Mer, qui concourrait en tandem avec CNN MCO pour la partie maintenance.

Il s’agit en effet d’un marché global, couvrant les études, la construction, mais aussi le maintien en condition opérationnelle (MCO) de chaque bâtiment pour une durée de six ans. DCNS sera en charge de cette partie du contrat, qui sera mené là où les B2M seront basés : en Polynésie française, aux Antilles et en Nouvelle-Calédonie. Piriou réalisera quant à lui les bateaux, livrables fin 2015 pour le premier et en 2016 pour les deux suivants.

 

 

Un Batral débarquant du matériel et des hommes sur une plage (© MARINE NATIONALE)

Un Batral débarquant du matériel et des hommes sur une plage (© MARINE NATIONALE)

 

 

Trois bâtiments pour remplacer les Batral

 

 

Commandés à trois exemplaires, avec une option pour un quatrième pouvant être affermie avant 2018, les B2M vont remplacer les bâtiments de transport léger (Batral) du type Champlain, dont il ne reste que deux unités opérationnelles après le retrait du service du Jacques Cartier l’été dernier (il était en Nouvelle-Calédonie). Livrés en 1983 et 1987, le Dumont d’Urville et le La Grandière sont respectivement basés à La Réunion et aux Antilles. A bout de souffle, ces bateaux de 80 mètres ont été prolongés autant que possible en attendant leurs successeurs. Ceux-ci seront moins grands et ne pourront pas, comme les Batral, s’échouer sur une plage afin d’y débarquer une compagnie mécanisée de l’armée de Terre. Les B2M sont en fait un compromis destiné à répondre aux besoins maritimes ultramarins, dominés par les missions d’action de l’Etat en mer. Le tout dans un contexte financier très contraint, qui a poussé à arbitrer en faveur de capacités plus civiles que militaires. On notera à ce propos qu’il était initialement prévu un financement interministériel, ces bateaux étant appelés à remplir des opérations essentiellement autres que purement liées à la défense (lutte contre les trafics illicites, la piraterie et l’immigration clandestine, police de pêches, intervention contre des pollutions, assistance à des navires en difficulté, sauvetage en mer…)  Mais, finalement, c’est le ministère de la Défense qui devrait assumer seul le financement des B2M, les autres administrations s’étant retirées, probablement en raison des problématiques budgétaires. Cette

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton Naval Group | Actualité industrie navale de défense