Défense
La Douane perd une vedette en Polynésie

Actualité

La Douane perd une vedette en Polynésie

Défense

La DF 48 Arafenua a été jugée irrécupérable après son échouement, le 1er juin, en Polynésie française. Peu après 4 heures du matin, alors que la météo était très mauvaise, la vedette de la Douane avait heurté le récif de l’atoll de Tikei, à près de 600 kilomètres au nord-est de Tahiti. Ses 11 membres d’équipage avaient pu évacuer le bateau, avant d’être secourus par l’un des hélicoptères Dauphin armés sur zone par l’aéronautique navale. L’appareil avait transféré les douaniers, dont deux blessés, vers l’île voisine de Takaroa (située à 40 milles). Un avion Casa de l'armée de l'Air a ensuite assuré le rapatriement vers Tahiti. Une partie de l'équipage était néanmoins resté sur place en attendant l’arrivée de deux bâtiments de la Marine nationale, le patrouilleur Arago et le remorqueur Manini, dépêchés depuis Papeete pour tenter de déséchouer l’Arafenua. L’opération a finalement été abandonnée, la vedette, victime de voies d'eau, ayant été jugée en trop mauvais état. « Elle ne pourra pas être réparée ni remise à flot, elle est irrécupérable », explique-t-on au sein de la Douane, dont les derniers marins présents à Takaroa ont été ramenés à Papeete par l'Arago. En lien avec le Haut commissariat de la République en Polynésie française et les autorités locales, l’administration travaille désormais sur le traitement de l’épave. Celle-ci va, dans un premier temps, être dépolluée, avec notamment le pompage du carburant contenu dans les soutes. L’Arafenua doit, ensuite, être coulée devant Tikei.

 

 

L'Arafenua échoué sur l'atoll de Tikei (© MINISTERE DE LA DEFENSE)

L'Arafenua échoué sur l'atoll de Tikei (© MINISTERE DE LA DEFENSE)

 

 

Remplacement à l’étude

 

 

Construite par le chantier Couach de Gujan-Mestras (Gironde) et mise en service en 1992, la DF 48, dont la coque est en matériaux composites, mesure 32.3 mètres de long pour 6.5 mètres de large. Sa perte est un coup dur pour la Douane, dont c’était la seule vedette à Tahiti. Son remplacement, à l’étude, ne s’annonce pas simple. Compte tenu des difficultés budgétaires du moment, la commande d’une unité neuve parait difficile, du moins dans un premier temps. D’autant qu’une telle option nécessiterait du temps. La solution la plus rapide serait encore de transférer à Papeete une autre unité  de la flotte douanière, en prélevant par exemple une vedette basée en métropole. Côté transport, la Douane pourrait profiter de l’une des rotations assurées par les rouliers affrétés par le ministère de la Défense dans le cadre du transport logistique de matériels militaires au profit des unités basées outre-mer. Aucune décision n’a cependant été prise à ce jour. 

Douane Accidents, pollutions