Construction Navale
La fille de l'ancien patron des chantiers Gamelin lance un appel aux dons

Actualité

La fille de l'ancien patron des chantiers Gamelin lance un appel aux dons

Construction Navale

Après le suicide de Joël Gamelin, patron des chantiers rochelais placés début décembre en redressement judiciaire, l'une de ses filles a lancé le 2 janvier sur Internet, via Facebook (*), un appel aux dons. Fanny Gamelin en appelle « à la solidarité française pour aider les 120 employés des chantiers à recevoir leur paye. Si 200.000 personnes font un don d'euro symbolique, les salaires pourront être versés à 120 familles, pour vivre pour le mois prochain ». La jeune femme se démène pour trouver 200.000 euros, somme permettant de financer les salaires mensuels des employés travaillant dans les chantiers de La Rochelle et Saint-Malo. Deux jours après avoir lancé cette initiative, près de 20.000 euros étaient déjà récoltés, les dons devant être gérés par une association en cours de création. « Tous ensemble, nous pouvons permettre à des gens de survivre. Et permettre à mon père qui s'est suicidé, de trouver le repos. Car, mon père n'était pas un homme lâche. Il était fort, droit, respectueux. Et durant son enfance, il vivait avec 6 frères, son père travaillait au silo et avait un autre emploi pour permettre à sa femme et ses 7 enfants de vivre. Mon père n'avait, tout comme ses frères, qu'un linge pour chaque saison. Aujourd'hui, il est mort, parce qu'il n'a pas supporté le fait de laisser 120 emplois sans salaire. Chaque travail mérite salaire, surtout en période de crise », explique Fanny Gamelin sur Facebook.

Le tribunal se prononcera début février sur l'avenir de la société

Malgré une belle activité ces dernières années et une solide réputation, les chantiers Gamelin ont été placés en redressement judiciaire, le 5 décembre, par le tribunal de commerce de la Rochelle. L'entreprise aurait notamment été victime des lourds investissements consentis sur deux prototypes, le navire à passagers Tocqueville et le catamaran de débarquement L-CAT. Alors que le tribunal de commerce a fixé une période d'observation de trois mois avant de statuer sur l'avenir de la société, Joël Gamelin, son patron, s'est donné la mort dans son bureau, le 23 décembre. « Pardonnez-moi de n'avoir pas pu sauver l'entreprise », a-t-il écrit sur un tableau avant de se suicider. L'entrepreneur ne serait pas parvenu à obtenir des prêts auprès des banques. Dans la région rochelaise, où Joël Gamelin était un patron respecté, on se bat pour sauver le chantier, ses emplois et le savoir-faire qu'il a progressivement acquis. Certains espèrent notamment que le ministère de la Défense, qui a annoncé son intention de commander en 2009 de nouveaux engins de débarquement dans le cadre du Plan de relance de l'économie, retiendra le L-CAT dont le concepteur, la CNIM, avait confié la réalisation du prototype à Gamelin.
__________________________________________________

(*)VOIR LA PAGE DE FANNY GAMELIN SUR FACEBOOK