Construction Navale

Actualité

La Finlande sauve les paquebots de TUI et au passage le chantier de Turku

Enorme soulagement dans la région de Turku, où se situe le plus grand chantier naval finlandais. Après des semaines d’inquiétudes, le spectre d’une fermeture du site s’éloigne. Hier, le ministre finlandais de l’Economie, Jan Vapaavuori, a annoncé qu’une solution avait été finalement trouvée concernant la construction des deux paquebots de la compagnie allemande TUI Cruises commandés à STX Finland et livrables en mai 2014 et au printemps 2015. Alors qu’un accord a été obtenu avec Finnvera, l’agence de crédit à l’exportation finlandaise, le parlement d’Helsinki a donné son feu vert à l’octroi d’une aide à l’innovation de 31 millions d’euros, s’ajoutant à une première enveloppe de 15 millions d’euros débloquée en décembre 2012 par le gouvernement. Devant les journalistes, Jan Vapaavuori a, par ailleurs, annoncé que l’Etat finlandais allait acheter l’emprise foncière du chantier de Turku pour 23.5 millions d’euros, le terrain étant ensuite loué à STX Europe, maison-mère de STX Finland.

 

 

Vue des futurs paquebots de TUI, les Mein Schiffe 3 et Mein Schiffe 4 (© STX FINLAND)

 

 

Le groupe de construction navale, dont le siège est en Norvège et qui est détenu par la holding sud-coréenne STX Corporation, avait menacé fin décembre de fermer le site de Turku (déficitaire depuis plusieurs années) si l’Etat finlandais ne soutenait pas plus la construction navale dans le pays. La crise avait éclaté après l’échec de la commande d’un troisième paquebot géant de la classe Oasis of the Seas, dont les deux premiers exemplaires avaient été livrés par Turku en 2009 et 2010. Faute de proposer à l'armateur un montage financier suffisamment attractif en Finlande, STX Europe avait autorisé STX France, dont il est l’actionnaire principal, à se positionner sur ce projet. Et c’est finalement Saint-Nazaire qui a emporté la mise, provoquant d’importants remous politiques en Finlande. Après cet incroyable camouflet, la situation s’était encore aggravée lorsqu’avaient émergé les problèmes de financement du projet de TUI, dont l’échec aurait entrainé la mort de Turku. Ce problème réglé, l’Etat finlandais offre un sursis au chantier, qui demeure toutefois confronté à un environnement concurrentiel extrêmement fort dans un contexte de baisse des commandes de paquebots.  

Meyer Turku (ex-STX EUROPE / STX FINLAND)