Marine Marchande
La flotte océanographique stoppe ses missions et rapatrie les navires

Actualité

La flotte océanographique stoppe ses missions et rapatrie les navires

Marine Marchande

La flotte océanographique française, qui regroupe tous les navires scientifiques appartenant à des entités publiques françaises, a arrêté ses missions suite au passage au stade 3 du plan épidémie. Toutes les campagnes devant débuter à compter du 16 mars sont annulées jusqu'à nouvel ordre. Les missions en cours sont arrêtées sans attendre, afin que les personnels ne soient pas bloqués à bord. Pour ce qui concerne les navires hauturiers, dès la fin de travaux actuellement engagés les navires feront route vers la France afin que les équipages, sédentaires et équipes scientifiques puissent débarquer au plus vite dans un port métropolitain. Le Pourquoi pas ? devrait être à Toulon le 18 mars, Thalassa à Brest vers le 28/29 mars, et L'Atalante devrait être à Brest au plus tard le 15 avril. Le Marion Dufresne est actuellement à la Réunion dans le cadre de son affrètement par les TAAF.

La flotte océanographique française compte quatre unités hauturières, deux semi-hauturières déployées outre-mer, cinq navires côtiers et sept navires de station. Du côté des hauturiers, il y a les navires océanographiques Marion Dufresne, Pourquoi Pas ?, L’Atalante et Thalassa ; pour les semi-hauturiers l’Atea et l’Alis ; pour les navires océanographiques côtiers L’Europe, le Côtes de la Manche, le Téthys II, le Thalia et l’Haliotis ; et enfin du côté des navires de station les Antédon II, Néréis II, Sépia II, Sagitta III, Neomysis, Planula IV et Albert Lucas. Depuis le mois de janvier 2020, l’ensemble de la flotte est gérée et armée (hors Marion Dufresne propriété des TAAF) par Genavir.

 

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine