Défense
La formation des EPE, un stage chez les commandos marine (2/5)

Actualité

La formation des EPE, un stage chez les commandos marine (2/5)

Défense
80 marins, issus d'une vingtaine de spécialités différentes et de 42 unités de la Marine nationale, ont été sélectionnés pour le stage de formation afin d'intégrer les équipes de protection embarquée (EPE) déployées à bord des thoniers aux Seychelles. 80 hommes, de la petite vingtaine à la quarantaine passée, du matelot au major, qui, pendant quinze jours, vont suivre un rythme intensif de formation, encadrés par des instructeurs issus du commando de Penfentenyo.

Le soleil tape sur les dunes de Gâvres. Les pavillons rouges sont hissés dans les mâts du terrain militaire. L'exercice de tir, le premier du stage de formation des futures équipes de protection embarquée (EPE), a commencé. Les 80 stagiaires ont été répartis en deux groupes : un jour pour s'entraîner au tir au fusil d'assaut, un autre pour la mitrailleuse.

Rappeler les fondamentaux du tir

Sur le pas de tir, les hommes s'alignent. Les cibles sont à 200 mètres. Derrière eux, des instructeurs de la base des fusiliers commandos dispensent des conseils et corrigent la position de tir. Un peu en retrait, les commandos marine observent et notent. Piazou, l'officier responsable de la sélection des futures EPE, évalue d'un coup d'oeil les marins selon leur posture de tir. « Tu vois, lui, il est fusilier, ça se voit tout de suite, il est dans la bonne position. C'est normal, évidemment. Les autres, ceux qui ne sont pas de spécialité fus', ne sont pas aussi familiers avec le maniement des armes. Ils ont eu des instructions quand ils sont rentrés dans la marine, mais souvent ils ne sont pas amenés à avoir des entraînements de tir dans le cadre de leur travail à bord. Ces deux jours d'entraînement sont aussi l
Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française