Défense
La formation initiale des pilotes d'hélicoptères confiée au secteur privé

Actualité

La formation initiale des pilotes d'hélicoptères confiée au secteur privé

Défense

Les futurs pilotes d'hélicoptères de la marine, des armées de Terre et de l'Air, ainsi que de la Gendarmerie effectueront à partir de 2010 leur formation initiale sur des machines appartenant à un groupement privé. Le ministère de la Défense vient, en effet, de notifier à Défense Conseil International (DCI) et Proteus Hélicoptères un contrat de 22 ans portant sur la fourniture d'heures de vol pour la formation des pilotes. Celle-ci se déroule, quelque soit l'armée, à l'Ecole d'application de Dax. Le besoin actuel est évalué à 22.000 heures de vol par an. Pour ce premier contrat de partenariat public-privé initié par le ministère, DCI et Proteus vont mettre à disposition de l'école une flotte de 36 hélicoptères EC 120, qui viendra remplacer les 54 Gazelle actuellement en service. Le premier appareil sera opérationnel en 2010 et la valeur du contrat a été fixée à 22 millions d'euros par an. « Avec ce contrat, le ministère de la Défense ne commencera à payer qu'à la première heure de vol en 2010, et par la suite il payera uniquement les heures effectivement consommées. Nous sommes passés d'une logique de moyen à une logique de service à rendre. C'est l'esprit de la LOLF ( loi organique relative aux lois de finances) et cela s'inscrit parfaitement dans la démarche de révision générale des politiques publiques » souligne Hervé Morin, Ministre de la Défense.
Alternative aux marchés publics, les contrats de partenariat permettent de confier sur de longues périodes (jusqu'à 25 ans) au secteur privé le financement, l'exploitation ou la maintenance d'équipements qui contribuent aux missions de service public. Axés sur la performance des services attendus, ces partenariats encouragent - quand cela est possible - l'opérateur privé qui reste propriétaire des investissements réalisés, à vendre à d'autres clients le potentiel non consommé par l'Etat. Selon le ministère, ces contrats permettent également d'ajuster périodiquement les moyens disponibles aux évolutions des besoins de l'Etat et de définir les conditions de cession à l'Etat, notamment en fin de contrat, des investissements réalisés.

Aéronavale Marine nationale