Défense
La France dévoile ses futurs SNLE
ABONNÉS

Actualités

La France dévoile ses futurs SNLE

Défense

Alors que la France célèbrera cet été le 50ème anniversaire de la traversée de longue durée, jusqu’en mer de Norvège, de son premier SNLE, Le Redoutable, la Direction Générale de l’Armement a notifié hier à Naval Group et TechnicAtome un contrat de plusieurs milliards d’euros qui marque le lancement de la phase de réalisation des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de troisième génération (SNLE G). Ce marché fait suite à la validation d’un avant-projet détaillé qui faisait l’objet d’un contrat d’études notifié en 2017. Il s’agit désormais de réaliser la conception générale des futurs SNLE français et les études détaillées de leurs systèmes les plus critiques, avant de passer à partir de 2025 à la conception détaillée et l’industrialisation. Il ne faudra cependant pas attendre jusque-là pour voir débuter la construction de la tête de série, dont la première tôle doit être découpée à Cherbourg fin 2023, en vue d’une livraison à la Marine nationale en 2035. Quant aux approvisionnements long terme, par exemple ceux liés à la chaufferie nucléaire, ils seront lancés dès cette année.

Ce jalon majeur du renouvellement de la composante océanique de la dissuasion nucléaire française sera officiellement lancé ce vendredi 19 février par la ministre des Armées, Florence Parly, à l’occasion d’un déplacement sur le site

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense