Défense
La France à la barre de la composante maritime de la NATO Response Force

Actualité

La France à la barre de la composante maritime de la NATO Response Force

Défense

Depuis le 1er juillet et pour une durée de 6 mois, la France a pris le commandement de la composante maritime de la force de réaction rapide de l'OTAN. Le contre-amiral Jean-Louis Kérignard a officiellement pris le commandement de cette force au cours d'une cérémonie à l'état-major de la force aéromaritime italienne à Tarente (l'Italie commandait le précédent tour d'alerte de la NRF). En cas de besoin, la France, comme les autres pays participant, fourniront une force comprenant notamment une trentaine de bâtiments de surface. On notera que la Marine nationale tient à disposition de l'alliance, jusqu'à la fin de l'année, une force particulièrement puissante. Les bâtiments français placés en alerte sont, en effet, le bâtiment de projection et de commandement Mistral (navire amiral), le porte-avions Charles de Gaulle, les frégates Forbin, Latouche Tréville et Cassard, ainsi que le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. Tous ces navires, ainsi que l'état-major de composante maritime (COMFRMARFOR), ont été qualifiés lors des exercices Brilliant Mariner et Steadfast Juncture, qui se sont déroulés au printemps.
« La Nato Response Force est un concept de l'Alliance pour accomplir toute une gamme d'opérations, aérienne, terrestre ou maritime dans un court délai et partout où cela est nécessaire. C'est la deuxième fois que la France se porte volontaire pour les six mois d'une rotation de la NRF. Pour conduire cette force maritime de réaction rapide, les pays membres de l'Otan assurent la fonction de nation cadre à tour de rôle. C'est ainsi que la France a demandé à occuper la responsabilité de MCC (Maritime composant command) », rappelle la Marine nationale.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française